Le vaccin 5-en-1 désormais disponible dans les 73 pays les plus pauvres de la planète

in page functions

Les objectifs en matière d'introduction sont atteints avec succès amis des progrès restent à accomplir pour améliorer la couverture vaccinale

South Sudan-Penta_Launch_Vaccine_Mum

Keji Francis, petite fille de six semaines, dans les bras de sa maman, Jackline Juan, après avoir reçu sa première dose de vaccin pentavalent à la clinique de Walag'lang, au Sud-Soudan.
Crédit : GAVI/2014/Mike Pflanz.

Genève, 30 juillet 2014 - Le vaccin pentavalent 5-en-1 est désormais disponible dans tous les pays éligibles au soutien de GAVI. Il est temps à présent d'améliorer la couverture vaccinale qui protège les enfants contre cinq maladies mortelles.

Le vaccin pentavalent, qui protège contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche (DTC), l'hépatite B (HepB) et l'Haemophilus influenza de type B (Hib), a été introduit pour la première fois au Kenya en 2001 grâce au soutien de GAVI. Le Sud-Soudan est devenu le 73ème et dernier pays éligible au soutien de l'Alliance à introduire ce vaccin le 16 juillet 2014.

Au cours des 12 prochains mois, le gouvernement du Sud-Soudan prévoit de protéger 450 000 enfants avec le vaccin pentavalent. GAVI estime que plus de 230 millions d'enfants originaires des 73 pays les plus pauvres de la planète auront déjà bénéficié du vaccin pentavalent d'ici fin 2015.    

« Nous sommes au terme du premier chapitre d'une histoire fascinante, » a déclaré le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de GAVI Alliance.

« Il y a un peu plus de dix ans, le vaccin pentavalent était disponible dans ces pays uniquement sur le marché privé ; la grande majorité des enfants n'y avait donc pas accès. Aujourd'hui, grâce au leadership des pays, mais aussi à la détermination et à l'expertise des partenaires de l'Alliance, ce vaccin important est administré quotidiennement aux enfants originaires des pays les plus pauvres de la planète. »

L'introduction réussie du vaccin pentavalent dans plus de 70 des pays les plus pauvres du monde souligne l'impact considérable de GAVI pour améliorer l'accès aux technologies salvatrices. Les partenaires de l'Alliance – pays bénéficiaires et pays donateurs, l'OMS, l'UNICEF, la Banque mondiale, des organisations de la société civile et des experts techniques – ont œuvré de concert pour atteindre ces objectifs de santé publique.

En centralisant les demandes de chaque pays et les financements prévisibles des donateurs, l'Alliance est parvenue à créer un marché durable pour le vaccin pentavalent. Les fabricants de vaccins, y compris un certain nombre dans les pays en développement, ont considérablement renforcé leurs capacités de production afin de garantir un approvisionnement fiable en vaccins débouchant sur une concurrence accrue, ce qui permettra à GAVI d'acheter le vaccin au prix de 1,19 US$ la dose.

Les pays récoltent aujourd'hui les fruits du succès de l'introduction d'un vaccin qui protège contre l'hépatite B et le Hib, outre le DTC traditionnel. Combinant tous les antigènes en une seule injection, ce vaccin permet de protéger les enfants contre des maladies supplémentaires, sans qu'il soit nécessaire d'augmenter les capacités logistiques et de stockage à l'échelon national.

Ceci est d'autant plus important pour les pays fragiles et touchés par des conflits (comme la Somalie, la République démocratique du Congo et la Corée du Nord qui ont déjà tous introduit le vaccin pentavalent), où la capacité des systèmes de santé reste souvent limitée, notamment dans les zones rurales et les bidonvilles urbains.

Le vaccin pentavalent offre une protection contre les maladies graves et réduit en outre l'anxiété des mères et des nourrissons dans la mesure où il nécessite seulement trois injections au lieu des trois doses administrées en plus du DTC-HepB-Hib.

Le succès de l'introduction du vaccin pentavalent dans les 73 pays les plus pauvres de la planète marque la fin de la première étape du travail de GAVI qui consiste à accroître l'accès à ce vaccin. Le principal défi de la seconde étape sera d'aider les pays à améliorer leurs taux de couverture vaccinale en s'engageant à vacciner chaque enfant, où qu'il vive.

Les partenaires de GAVI s'efforcent d'améliorer les taux de couverture vaccinale - de 53 % fin 2013 à 77 % d'ici fin 2015. Dans le cadre de sa stratégie 2016-2020, l'Alliance s'est fixée le but d'accroître encore davantage la couverture vaccinale.

Le succès de l'introduction dans les trois pays clés, à savoir l'Inde, l'Indonésie et le Nigeria, qui comptent à eux seuls 35 millions de nouvelles naissances chaque année, sera essentiel pour augmenter de façon importante les taux de couverture vaccinale.

Si l'Indonésie et l'Inde ont jusqu'à présent introduit le vaccin 5-en-1 dans un nombre limité d'états, ces deux pays prévoient d'en accroître rapidement l'accès en déployant ce vaccin à l'échelon national au cours des prochains mois. Le Nigeria enregistre de faibles niveaux de couverture vaccinale et doivent également faire face à d'importantes disparités régionales. GAVI travaille en collaboration avec le pays pour l'aider à améliorer sa couverture vaccinale dans les prochaines années.

« En tant qu'Alliance, nous avons clairement démontré dans quelle mesure les nouvelles technologies vaccinales pouvaient être déployées à grande échelle dans les pays les plus pauvres de la planète, » a ajouté le Dr Berkley. « Notre prochain défi consistera à aider certains des pays les plus peuplés au monde à étendre et à renforcer leurs programmes pour veiller à ce que chaque enfant soit vacciné. »

close icon

modal window here