L'histoire de Gavi

in page functions

Les premières graines de la mission de Gavi ont été semées dans les années 90, à un moment où les taux de vaccination dans les pays pauvres stagnaient alors que 10 ans auparavant la couverture vaccinale mondiale avait augmenté pour atteindre des niveaux inédits.

Lorsque l'OMS a lancé le Programme élargi de vaccination (PEV) en 1974 en vue de fournir des vaccins essentiels aux pays en développement, les taux de vaccination mondiaux atteignaient à peine cinq pour cent. En 1990, grâce à la campagne universelle de vaccination infantile de l'OMS et de l'UNICEF, six vaccins compris dans le PEV (tuberculose, diphtérie, tétanos, coqueluche, rougeole et polio) étaient administrés à un taux remarquable de 80 % des enfants dans le monde.

Malheureusement, dans les même temps, la vaccination infantile a cessé de progresser, les donateurs ayant d'autres priorités. Soudain, les pays en développement se sont heurtés à des difficultés pour maintenir les campagnes de vaccination et les sociétés pharmaceutiques n’avaient aucune stimulation pour investir dans la fourniture de vaccins aux régions les plus pauvres du monde.

30 millions d'enfants non immunisés

Au commencement du nouveau millénaire, les enfants nés dans les pays industrialisés recevaient en moyenne de 11 à 12 vaccins ; ceux vivant dans les pays pauvres deux fois moins. Près de 30 millions d'enfants des pays en développement n'étaient pas totalement immunisés.

Quasiment aucun enfant habitant dans les pays les plus pauvres au monde ne recevait les vaccins plus récents et plus coûteux administrés de manière systématique aux enfants vivant dans la partie riche du monde, tels que ceux contre l'hépatite B (HepB) et Haemophilus influenzae type b.

Des questions sérieuses se posant sur l'avenir des efforts de vaccination, le dirigeant de la Banque mondiale, James Wolfensohn, a alors convoqué un sommet réunissant l'OMS, l'UNICEF, des universitaires, des ministres de la Santé, des agences internationales et le secteur pharmaceutique en mars 1998.

Leur projet : trouver comment fournir des vaccins aux enfants qui en avaient le plus besoin.

Une solution pionnière

Six mois plus tard, Bill et Melinda Gates rejoignaient cet élan en organisant un dîner chez eux afin de permettre à des scientifiques de premier plan de discuter des possibilités d'action pour surmonter les obstacles empêchant des millions d'enfants de recevoir des vaccins essentiels. Bill et Melinda ont poussé leurs invités à proposer des « solutions pionnières ».

En mars 1999, c'est lors d'un deuxième sommet tenu à Bellagio dans le nord de l'Italie qu'est trouvée la réponse au défi lancé par le couple Gates. Au lieu de créer une nouvelle organisation internationale, les acteurs majeurs de la vaccination mondiale – les principales agences de l'ONU, les dirigeants du secteur pharmaceutique, les représentants d'organismes d'aide bilatérale et les fondations majeures – s'accordent pour collaborer dans le cadre d'un nouveau partenariat : l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (Gavi, l'Alliance du Vaccin).

Une étape de plus vers la réalisation du rêve de l'Alliance de fournir des vaccins à des millions d'enfants parmi les plus pauvres du monde a été franchie en novembre 1999, moment où la Fondation Gates a annoncé une contribution de 750 millions de dollars (US$) sur cinq ans au profit de Gavi. Deux mois plus tard, en janvier 2000, le lancement de Gavi était officialisé lors du Forum économique mondial de Davos en Suisse.

close icon

modal window here