GAVI Alliance annonce le financement de nouveaux vaccins contre 2 importants tueurs d’enfants des nations les plus pauvres

in page functions

Un premier investissement de 200 millions de dollars US pour une nouvelle génération de vaccins contre les maladies à rotavirus et à pneumocoques offre un espoir aux enfants des pays en voie de développement

Genève, Suisse; Berlin, Allemagne, 29 Novembre 2006 - GAVI Alliance a annoncé aujourd’hui qu’elle soutiendrait l’introduction de vaccins contre deux maladies qui tuent, selon les estimations, 1,5 millions d’enfants chaque année dans les régions les plus pauvres du monde. Ce soutien ouvrira une nouvelle ère dans les efforts entrepris pour réduire le temps nécessaire à la délivrance de vaccins sûrs et efficaces aux nations pauvres.

Un premier investissement d’environ 200 millions de dollars américains a été approuvé par le Conseil d’Administration de GAVI Alliance pour aider un premier groupe de pays à introduire des vaccins récemment autorisés contre les rotavirus, à l’origine de maladies diarrhéales et de 500000 morts d’enfants et contre les pneumocoques, largement responsables de pneumonies, de méningites et de septicémies (contamination du sang). Ces maladies affectent des enfants sur tous les continents mais sont particulièrement mortelles dans les pays en développement. Les investissements de GAVI augmenteront avec le temps, au fur et à mesure que l’expérience est acquise et qu’un nombre croissant de pays adoptent le vaccin.

« Notre objectif est désormais d’avancer rapidement pour sauver le plus de vies d’enfants possible avec les vaccins dont nous disposons déjà » a expliqué Julian Lob-Levyt, Secrétaire Exécutif de GAVI Alliance. « En collaboration avec l’UNICEF et l’OMS, nous nous focaliserons d’abord sur les pays où les vaccins ont démontré leur efficacité. Au fur et à mesure que des vaccins nouveaux, plus efficaces, apparaissent sur le marché et que le soutien politique s’accroît pour leur introduction, nous passerons à l’échelle supérieure pour répondre à la demande ».

La décision du Conseil d’Administration de GAVI Alliance vient renforcer le travail de GAVI et de ses partenaires, qui a favorisé une augmentation significative des taux de vaccination dans les pays les plus pauvres. Au cours des 10 prochaines années, GAVI va démontrer sa capacité à accélérer l’introduction des vaccins les plus récents des nations industrialisées dans les programmes de santé des pays les plus pauvres, où les nouvelles technologies sont les plus nécessaires. GAVI engage des fonds pour aider un certain nombre de pays éligibles à acheter des vaccins autorisés contre les 2 maladies qui constituent les causes de morts infantiles les plus faciles à prévenir dans les nations pauvres, selon l’OMS.

Les nouveaux vaccins seront introduits par étapes — anti-rotavirus dans 13 pays d’Amérique Latine et d’Europe de l’Est et anti-pneumocoque dans ce qui pourrait aller jusqu’à 10 pays éligibles au cours des années à venir en Afrique et en Asie du Sud. Les systèmes de surveillance et de contrôle sont en cours d’introduction. Cette introduction progressive assurera un temps nécessaire à l’achèvement des études d’efficacité en cours et à venir.

Les nouveaux vaccins et ceux qui sont encore en cours de développement devraient permettre de sauver des millions de vies à terme. Les vaccins ont également le potentiel de soulager l’important poids économique des maladies, un impact que la recherche commence à pouvoir déterminer (“The Value of Vaccination”, David E. Bloom & David Canning in World Economics du 31 octobre 2005). Deux vaccins anti-rotavirus, l’un produit par GSK et l’autre par Merck, ont été autorisés à la mise sur le marché par les autorités sanitaires des Etats-Unis et de l’Europe. Ces vaccins ont démontré leur efficacité en Europe et en Amérique Latine, et des essais sont en cours en Asie et en Afrique. Le vaccin anti-pneumocoque Prevenar, produit par Wyeth, actuellement autorisé à la mise sur le marché, a démontré son efficacité dans divers pays. Ces trois vaccins devraient être pré-qualifiés par l’OMS avant la fin de 2007, une étape indispensable au financement des achats de vaccins par GAVI. Ils devraient atteindre les enfants des pays en voie de développement d’ici le printemps 2008. Juste derrière celui-ci, un vaccin anti-pneumocoque supplémentaire produit par GSK devrait être disponible. “GAVI et ses partenaires effectuent le travail de fond nécessaire à l’introduction de la future génération de vaccins, tout en établissant le soutien politique qui permettra cette introduction » a affirmé Michel Zaffran, le Secrétaire Exécutif Adjoint de GAVI.

Les responsables de la Santé d’Ukraine ont accueilli avec enthousiasme la décision de GAVI. « La décision de GAVI de financer des vaccins anti-rotavirus et anti-pneumocoques nous aidera à protéger les enfants ukrainiens et à leur donner une nouvelle vie » a déclaré Lyudmila Mukharskaya, médecin-chef adjoint à la santé du Ministère de la Santé.

Les maladies à pneumocoques 

Le soutien de GAVI Alliance permettra d’introduire le vaccin anti-pneumocoques actuellement autorisé dans un group de pays soutenus par GAVI pour prévenir les maladies à pneumocoques. Cette « première étape », qui couvrira les années 2007 à 2010, servira de rampe de lancement pour les années 2011 à 2015 où la nouvelle génération de vaccins anti-pneumocoques atteindront le marché.

Le circuit de développement de vaccins anti-pneumocoques est particulièrement riche, selon Orin Levin, Directeur du PneumoADIP (Plan de Développement et d’Introduction Accélérés de Vaccins anti-Pneumocoques) et devrait produire des vaccins de nouvelle génération qui sont mieux ajustés aux souches de pneumocoques qui causent le plus de dommages dans les pays en voie de développement. Cependant, le poids des maladies à pneumocoques est tellement élevé dans de nombreux pays d’Afrique et d’Asie que le vaccin actuel aurait un impact essentiel. D’ici à 2010, selon les estimations, un vaccin anti-pneumocoques devrait prévenir 47000 morts dans les pays où il sera introduit par GAVI ; entre 2011 et 2015, les estimations indiquent que le vaccin devrait prévenir 400000 morts supplémentaires.

« La décision de GAVI Alliance de financer des vaccins anti-pneumocoques est une avancée majeure dans la lutte contre la première cause de morts infantiles pouvant être prévenue par un vaccin. Cette décision apportera de nouveaux vaccins, capables de sauver des vies, au monde en voie de développement plus rapidement que jamais. Cet investissement dans la santé infantile sauvera les vies de presque 4 millions d’enfants d’ici 2025 » a déclaré Orin Levin, Directeur du PneumoADIP.

Maladies à Rotavirus 

Le soutien de GAVI amènera jusqu’à 13 pays à bas revenus de l’Europe de l’Est et d’Amérique Centrale et du Sud à commencer l’introduction des vaccins deux ans après leur autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis et dans l’Union Européenne. Un délai de 15 à 20 ans a traditionnellement été nécessaire pour que les vaccins passent des pays industrialisés aux régions les plus pauvres du monde. Cet investissement déclenchera un potentiel suffisant pour sauver 370000 morts d’enfants dans les pays les plus pauvres d’ici 2015, pour également prévenir 14 millions d’hospitalisations et de visites médicales et pour économiser plus de 71 millions de dollars US en coûts médicaux directs. « Les pays en voie de développement peuvent maintenant recueillir les bienfaits de l’engagement de GAVI pour résoudre les disparités d’accès aux nouveaux vaccins dans différentes parties du monde » a indiqué le Dr John R. Wecker, Directeur du RVP (Programme du PATH pour un Vaccin anti-Rotavirus). « Le voeu de soutien que prend aujourd’hui GAVI démontre que la communauté internationale agit rapidement pour sauver les vies de millions d’enfants dans les pays les plus pauvres du monde ».

Alors que les taux d’infections à rotavirus sont semblables dans le monde entier, presque 90% des morts infantiles dues à un rotavirus se produisent dans les pays en voie de développement. Puisque l’accès à des soins médicaux appropriés contre la diarrhée sévère et la déshydratation est limité dans les pays en voie de développement, la stratégie la plus efficace pour réduire l’incidence et la gravité de ces maladies est la prévention par la vaccination

 

GAVI Alliance 

GAVI Alliance est une alliance de tous les acteurs majeurs de la vaccination. Elle est constituée de partenaires tels que des gouvernements de pays donateurs ou en voie de développement, l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS), l’UNICEF, la Banque Mondiale, l’industrie du vaccin dans les pays industrialisés et en voie de développement, des agences techniques et de recherche, des ONG et la Fondation Bill & Melinda Gates. Des projections indiquent que plus de 1,7 millions de morts prématurées auront été évitées à la fin de l’année 2005 grâce au soutien du GAVI.

Les efforts de GAVI sont essentiels pour atteindre l’Objectif de Développement du Millénaire sur la santé des enfants, qui vise à réduire la mortalité infantile de 2/3 d’ici 2015. Sur les plus de 10 millions d’enfants qui meurent avant l’âge de 5 ans chaque année, 2,5 millions meurent de maladies qui pourraient être évitées par des vaccins nouveaux ou déjà disponibles.

Le programme du PATH pour un Vaccin anti-rotavirus 

Le PATH, organisation non gouvernementale internationale, trouve des solutions durables et culturellement appropriées permettant aux communautés du monde entier de rompre les cycles installés de mauvaise santé publique. En collaborant avec divers partenaires des secteurs public et privé, elle contribue à fournir les technologies sanitaires adaptées et des stratégies vitales pour modifier les façons d'agir et de penser.

Le programme du PATH pour un Vaccin anti-rotavirus (RVP), un partenariat avec l’OMS et les Centres Américains pour le Contrôle des Maladies, a été mis en place en 2003 en tant que Plan de Développement et d’Introduction Accélérés de Vaccins (ADIP) anti-Pneumocoques financé par l’Alliance GAVI. Les ADIP du GAVI sont une approche unique pour réduire de manière évidente le délai classique de 10 à 15 ans nécessaire entre l’introduction des nouveaux vaccins dans les pays riches et leur disponibilité dans les pays en voie de développement.

PneumoADIP 

Les Streptococcus pneumoniae sont des bactéries qui se trouvent fréquemment dans les voies respiratoires supérieures d’enfants et d’adultes en bonne santé. Ces bactéries, cependant, peuvent également causer un certain nombre d’infections - depuis des otites de faible gravité à des pneumonies, méningites et septicémies fatales. L’Organisation Mondiale de la Santé estime que plus d’1,6 millions de personnes - y compris jusqu’à un million d’enfants de moins de 5 ans – meurent chaque année d’infections à pneumocoques. Presque tous ces décès se produisent dans les pays les plus pauvres du monde. De nouveaux vaccins capables de sauver des vies sont sûrs et très efficaces pour la prévention des maladies à pneumocoques. Depuis l’année 2000, où les nourrissons des Etats-UNis ont commencé à recevoir une vaccination de routine contre les maladies à pneumocoques, le pays a pratiquement éliminé les maladies infantiles à pneumocoques dues aux sérotypes auxquels le vaccin correspond.

close icon

modal window here