Gavi est prête à épauler la République démocratique du Congo dans sa lutte contre Ebola

in page functions

La déclaration de soutien de Gavi suit la confirmation officielle d’un foyer de maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo (RDC)

Ebola

Au Libéria, l’introduction l’an dernier de thermomètres infrarouges sans contact corporel a aidé à identifier plus rapidement les cas de maladie à virus Ebola. Crédit : Gavi/2016/Tombleson.

Genève, 12 mai 2017 – Après la confirmation par le Ministère de la Santé publique de la RDC d’un épisode de maladie à virus Ebola dans le pays, Gavi, l’Alliance du Vaccin, est prête à épauler les efforts du Gouvernement pour juguler l’épidémie.

« Il est triste de constater que la population de la RDC ne connaît que trop cette terrible maladie », a déploré le docteur Seth Berkley, Directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du Vaccin. « Le fait qu’il s’agisse d’un pays qui s’est déjà attaqué au virus nous donne des raisons d’espérer ne pas revoir une pandémie de l’envergure de celle qui a touché l’Afrique de l’Ouest en 2014. Nous sommes prêts à aider le Gouvernement de la RDC dans sa lutte contre le virus Ebola. »

Un accord entre Gavi et Merck, qui a mis au point le vaccin rVSV-ZEBOV contre le virus Ebola, garantit la disponibilité du vaccin en cas de flambée. L’OMS et d’autres organisations détermineront s’il est souhaitable de déployer le vaccin lors de cette épidémie et à quel moment.

« Grâce à la collaboration de Gavi avec Merck, 300 000 doses de vaccin contre le virus Ebola sont disponibles si nécessaire pour empêcher l’épisode de devenir une pandémie », a confirmé le docteur Berkley. « Le vaccin a montré une efficacité élevée dans les essais cliniques et pourrait jouer un rôle capital pour protéger les plus vulnérables. »

En janvier 2016, Gavi a annoncé un contrat d’achat anticipé (Advance Purchase Commitment) avec l’engagement de 5 millions de dollars en vue de l’achat d’un vaccin après son homologation, sa présélection et sa recommandation par l’OMS. Dans le cadre de cette garantie, Merck a accepté de créer et de gérer un stock de 300 000 doses en cas d’épisode de la maladie, en attendant que l’autorisation de mise sur le marché soit complétement terminée. L’épisode observé en RDC a été identifié comme relevant de la souche Zaïre du virus Ebola, qui est visée par le vaccin rVSV-ZEBOV.

 

close icon

modal window here