Soutien au vaccin oral contre le choléra

in page functions

Le choléra est une infection intestinale aiguë causée par de la nourriture ou de l’eau contaminée

Cette maladie peut rapidement entraîner une déshydratation sévère et, dans sa forme extrême, être mortelle

Cholera Cameroon

Administration du vaccin anticholérique oral au Camp de Minawao, Cameroun. Photo : Gavi/2015/Athanas Makundi.

On estime le nombre de cas et de décès dus au choléra respectivement à 1,4-4,3 millions et à 28 000 -142 000 dans le monde chaque année1. La majorité des cas signalés à l’OMS sont liés aux épidémies, 40 à 50 flambées étant confirmées chaque année. Néanmoins, bon nombre de cas ne sont pas notifiés.

Cette maladie touche les plus fragiles dans les taudis urbains et les zones rurales où l’on ne dispose pas d’eau potable. Du fait de sa progression rapide, la plupart des décès surviennent parmi les populations les plus pauvres ne disposant pas d’un accès rapide aux services de santé.

Le choléra se propage dans les trois principaux cas suivants2 :

  • conditions d’endémie : lorsque la maladie est implantée dans les communautés, comme dans certaines régions de la République démocratique du Congo et du Bangladesh2. Au Bangladesh, on estime à 300 000 le nombre de cas et à 4 500 le nombre de décès chaque année3.
  • flambées soudaines : la solution jugée la plus efficace est alors le recours immédiat à la vaccination, comme en Guinée et au Malawi2.
  • après une crise humanitaire : flambée survenue à la fin de 2013 au Soudan du Sud, par exemple2.

On peut traiter le choléra de manière efficace par une thérapie de réhydratation administrée en temps voulu : jusqu’à 80 % des cas peuvent être traités avec succès par l’administration de sels de réhydratation orale4. Les flambées et les décès sont dus au manque d’accès à des traitements adéquats.

DISTRIBUTION DU VACCIN CONTRE LE CHOLERA AU SOUDAN DU SUD

Le vaccin anticholérique oral a été distribué à des milliers de personnes déplacées qui ont trouvé refuge dans les campements de fortune des Nations Unies. Il est fort probable que cette action ait permis de prévenir un nombre accru de cas de maladie et de décès parmi les habitants vulnérables du camp Qui présentaient un risque d’infection élevé.


1 Note d’information de l’OMS sur le choléra, à jour en juillet 2015 http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs107/en/ . Consulté le : 13 août 2015.
2 OMS. Cholera risks high across world, but deadly disease can be controlled. Disponible à l’adresse suivante:   www.who.int/cholera/publications/6July2015/en/. Consulté le : 20 août 2015.
3 Feasibility and effectiveness of oral cholera vaccine in an urban endemic setting in Bangladesh: a cluster randomised open-label trial. Lancet, 2015. Disponible à l’adresse suivante : www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(15)61140-0/fulltext?dialogRequest. Consulté le : 21 août 2015. Ali, M, Lopez, AL, You, Y et al. The global burden of cholera. Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé. 2012; 90: 209–218.
4 Note d’information de l’OMS sur le choléra, à jour en juillet 2015. Disponible à l’adresse suivante : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs107/en/ Consulté le : 13 août 2015.

  

Le stock mondial a permis de vacciner plus d’1 million de personnes

Le stock de vaccins contre le choléra permet de prévenir les flambées

Cinq donateurs ont permis la constitution d’un stock mondial de vaccins anticholériques oraux (VCO) de deux millions de doses de vaccins.

En 2013, le Conseil de Gavi a approuvé un soutien destiné à la constitution d’un stock de VCO dans le cadre de sa Stratégie d’investissement en vaccins : un apport de 110 millions de dollars (US$) pour la période 2014-2018 visant à élargir l’accès à ce vaccin au cours des urgences et dans les pays confrontés à des épidémies régulières.

Depuis sa création en 2013, le stock mondial de vaccins anticholériques a permis de vacciner plus d’un million de personnes.

Ce stock est géré par le Groupe international de coordination, qui comprend quatre partenaires de l’Alliance : Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Médecins Sans Frontières, UNICEF et OMS.

Gavi s’est notamment fixée pour objectifs de :

  1. rompre le cycle actuel « faible demande–faible approvisionnement » ;
  2. réduire les flambées engendrant de graves perturbations dans les pays soutenus par Gavi ;
  3. renforcer les données factuelles sur les campagnes préventives périodiques.

La première campagne soutenue par Gavi à l’aide du stock mondial de vaccins anticholériques a commencé en août 2015 au Cameroun. Cette campagne menée par Médecins Sans Frontières, a permis de vacciner les camps de Minawao et de Gawar ainsi que les villages avoisinants de Gadala et de Gawar.

close icon

modal window here