Soutien au vaccin anti-Haemophilus influenzae type b

in page functions

Les 73 pays soutenus par Gavi ont tous introduit les vaccins anti-Haemophilus influenzae type b (Hib) dans leurs programmes de vaccination nationaux.

L’emploi systématique de ce vaccin a permis la quasi-éradication de l’infection à Hib dans nombre de pays subsahariens.

Hib Nicaragua

TOUS LES PAYS SOUTENUS PAR GAVI INTRODUISENT LES VACCINS CONTRE LE HIB

En 2008, dix ans environ après que les pays à revenu élevé ont franchi le seuil de couverture de 50 %, la moitié des pays à faible revenu avaient introduit les vaccins anti-Haemophilus influenzae type b (Hib).

À la fin de 2014, tous les pays soutenus par Gavi avaient introduit le vaccin anti-Hib incorporé au vaccin pentavalent.

MODIFICATION DES CONDITIONS DE MARCHÉ

Le nombre moyen annuel d’introductions nationales a été multiplié par plus de dix après la création de Gavi.

Deuxième évaluation 2011 de Gavi

Selon le deuxième rapport d’évaluation de Gavi, l’Alliance du Vaccin a joué un rôle décisif dans le changement des conditions du marché visant à susciter une demande élevée de vaccins anti-Hib.

En premier lieu, l’Initiative contre le Hib a permis aux Ministres de la santé des pays en développement de déterminer la charge de morbidité exacte due au Hib et de disposer de données probantes en faveur de l’introduction d’un vaccin adapté.

Point important, il en a résulté une recommandation de l’OMS d’introduire les vaccins anti-Hib dans les programmes de vaccination du monde entier.

SUBVENTIONNEMENT DU PENTAVALENT

Deuxièmement, l’aide au financement du vaccin pentavalent que Gavi accorde aux pays souhaitant introduire les vaccins contre le Hib a incité les fabricants à investir dans la mise au point de nouvelles versions de ce vaccin.

La prévisibilité à long terme et le soutien à grande échelle que Gavi attribue en faveur du pentavalent, associés à un approvisionnement garanti à un prix réduit, ont permis aux pays à faible revenu d’ajouter à long terme et en toute sérénité le vaccin anti-Hib à leurs programmes. 

L’infection à Haemophilus influenzae type b est la troisième cause de mortalité à prévention vaccinale chez les moins de cinq ans.

En 1999, dix ans après son homologation, le vaccin anti-Hib n’était disponible que dans un pays à faible revenu.

CHARGE DE MORBIDITÉ

Transmis par les éternuements et la toux, Haemophilus influenzae type b (Hib) était, au cours de la période prévaccinale, la première cause de méningite infantile (inflammation des membranes enveloppant le cerveau et la moelle épinière). Nombreux sont les survivants qui souffrent de paralysie, de surdité, de retard mental ou de troubles d’apprentissage.

Aujourd’hui encore, plus de 20 ans après la toute première homologation, au début des années 1990, des vaccins conjugués anti-Hib, sûrs et efficaces, le Hib demeure une cause importante de pneumonie et de méningite, principalement chez l’enfant. À l’échelle mondiale, cette maladie est responsable de près de 200 000 décès d’enfants chaque année, la plupart dans les pays à faible revenu.

Le Hib se soigne par des antibiotiques, mais les taux de mortalité restent élevés du fait d’un accès insuffisant à des services de santé adaptés et de niveaux croissants de résistance aux antibiotiques.

LA VACCINATION N’AUGMENTE PAS DANS LES PAYS À FAIBLE REVENU

Après l’introduction des vaccins anti-Hib pour la première fois au Canada en 1986, la demande a été rapide et, en 1998, 50 % des pays à revenu élevé les avaient introduits dans leurs programmes de vaccination. Il en a résulté des baisses spectaculaires de l’incidence de l’infection à Hib.

Néanmoins, les pays à faible revenu ne pouvaient s’offrir ce vaccin en raison des coûts élevés. La Gambie, seul pays en développement à introduire le vaccin anti-Hib grâce à une donation d’un fabricant en 1997, faisait figure d’exception.

En 2006, l’OMS a vivement recommandé d’ajouter les vaccins anti-Hib à tous les programmes de vaccination du monde entier.

Carte illustrant la charge de morbidité mondiale due à cette maladie

Hib - disease burden  

En 2000, Gavi attribue un soutien au vaccin anti-Hib incorporé au pentavalent.

L’Initiative contre le Hib financée par Gavi vise à mieux faire connaître la vaccination anti-Hib aux pays en développement et aux donateurs.

LE HIB, EN TÊTE DE LISTE DE GAVI

Au moment où Gavi a entrepris de propulser l’adoption des nouveaux vaccins dans les pays pauvres en 2000, le vaccin anti-Haemophilus influenzae type b (Hib) figurait en tête de liste. Ce vaccin avait été mis au point au début des années 1990, mais, en 2000, seul un pays à faible revenu l’avait introduit dans son programme de vaccination national.

Par conséquent, Gavi a immédiatement subventionné la vaccination systématique contre le Hib.

L’Alliance du Vaccin a encouragé l’administration de la vaccination Hib au moyen du pentavalent combiné. Ce vaccin cinq-en-un, administré suivant un calendrier en trois doses, a permis aux pays à faible revenu de protéger leurs enfants du Hib et de quatre autres maladies en même temps : diphtérie, tétanos, coqueluche (DTC) et hépatite B.

Carte montrant les pays auxquels Gavi accorde une aide au financement du vaccin anti-Hib

Map of countries approved for Hib support  

RÔLE DE L’INITIATIVE CONTRE LE HIB

Au départ, les pays pouvant bénéficier d’un soutien de Gavi tardaient à saisir l’offre d’aide au financement du vaccin anti-Hib, en raison d’une méconnaissance de la charge de morbidité due au Hib mais aussi de préoccupations à propos du prix. En 2004, quatre ans après l’ajout du vaccin anti-Hib à la liste de vaccins de Gavi, seuls 15 pays sur les 74 pouvant bénéficier d’un soutien s’étaient vu accorder une aide.

En réponse, en juillet 2004, le Conseil d’administration de Gavi a constitué le Groupe de travail sur le Hib afin d’étudier comment l’Alliance du Vaccin pourrait combler le manque de connaissances et jeter les bases politiques nécessaires à l’introduction à grande échelle du vaccin anti-Hib. À la suite de la recommandation de ce Groupe de travail en 2005, le Conseil a alloué une subvention de quatre ans à hauteur de 37 millions de dollars (US$) afin de mettre sur pied l’Initiative contre le Hib.

Après avoir rassemblé les connaissances de l’École de santé publique Johns Hopkins Bloomberg, de la London School of Hygiene & Tropical Medicine, et des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), l’Initiative contre le Hib a non seulement collecté et diffusé les données existantes, mais aussi mené des activités de recherche et de plaidoyer afin d’aider les pays à disposer d’arguments en faveur de l’adoption du vaccin anti-Hib.

Comment solliciter un nouveau soutien

19.5 millions

Chaque année,19,5 millions d’enfants dans le monde ne reçoivent toujours pas l’ensemble des trois doses de DTC. Dans les pays soutenus par Gavi, un enfant sur cinq ne bénéficie pas de la totalité des doses de l’ensemble de ces vaccins essentiels.

OMS/UNICEF 2017

Autres chiffres...

close icon

modal window here