Soutien au vaccin contre la méningite A

in page functions

Les campagnes soutenues par Gavi ont permis de protéger plus de 268 millions de personnes

Plus de 600 000 personnes ont été vaccinées par des programmes de vaccination de routine

Aucun nouveau cas de méningite A n’a été signalé dans les pays vaccinés

Meningitis A Nigeria

Des écoliers montrent leur carnet de vaccination au Nigéria, l’un des 19 pays à avoir lancé des campagnes de vaccination contre la méningite A avec le soutien de Gavi. Crédit : Gavi/2011/Ed Harris.

LES ÉPIDÉMIES ATTEIGNENT LEUR NIVEAU LE PLUS BAS JAMAIS ENREGISTRÉ

Les campagnes de vaccination contre la méningite A soutenues par Gavi ont protégé plus de 268 millions d’enfants et de jeunes adultes dans 19 pays de la « ceinture de la méningite » qui s’étend sur 26 pays d’Afrique. Les pays ayant jusqu’à présent bénéficié du soutien sont : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Soudan, le Soudan du Sud, le Tchad et le Togo.

En moyenne, les campagnes ont atteint plus de 85% des populations à risque de contracter la maladie. Les résultats ont été spectaculaires : le nombre d’épidémies déclarées dans la ceinture de la méningite est tombé à un niveau sans précédent.

Après l’administration d’une dose du vaccin à 1,8 million de personnes dans trois régions du Tchad, les taux de méningite ont diminué de 94%. De même, aucun nouveau cas n’a été enregistré chez les enfants âgés de moins d’un an ou chez les adultes de plus de 29 ans. Cela met en évidence les retombées positives de la vaccination, même parmi les sujets qui n’étaient pas vaccinés.

En 2016, Gavi a commencé à soutenir la vaccination de routine des enfants âgés de 9 à 18 mois. En décembre 2016, deux pays, le Ghana et le Soudan, avaient introduit le vaccin dans leur programme de routine. Gavi finance aussi des campagnes de rattrapage pour vacciner les enfants qui naissent après une campagne de masse.

Si les campagnes et les introductions dans la vaccination de routine bénéficiant du soutien de Gavi ont sensiblement réduit les épisodes de méningite A dans les pays vaccinés, d’autres sérogroupes (notamment A, C, W et Y) continuent de provoquer des épidémies à travers la ceinture de la méningite.

Gavi contribue à une réserve d’urgence pour la méningite afin de financer les vaccins permettant de répondre à ces flambées. En 2016, le Togo a reçu plus de 500 000 doses de vaccin financées par Gavi à partir de la réserve d’urgence, afin de lutter contre un épisode d’infection à méningocoque W.

La chaîne à température contrôlée augmente la portée du vaccin contre la méningite A

Le vaccin MenAfriVac, qui a été mis au point pour répondre aux besoins spécifiques des pays de la ceinture de la méningite, se conserve pendant quatre jours au maximum à des températures pouvant aller jusqu’à 40°C, dans une chaîne à température contrôlée (CTC). Il est ainsi possible d’élargir la couverture vaccinale et d’économiser des fonds qui auraient dû être consacrés à l’entretien difficile de la chaîne du froid jusqu’au dernier kilomètre.

Notre financement a jusqu’à présent aidé cinq pays (la Côte d’Ivoire, la Mauritanie, la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud et le Togo) à utiliser la CTC dans leurs campagnes de vaccination contre la méningite A.

En supprimant le besoin d’accumulateurs de froid pour conserver les vaccins entre 2°C et 8°C, la CTC a obtenu des résultats spectaculaires en matière de facilité et d’efficacité de la livraison des vaccins. La plupart des districts qui ont utilisé cette méthode sont parvenus à une couverture très élevée.

L’approche de la CTC pourrait procurer des avantages économiques majeurs. D’après une étude de l’OMS1, l’emploi du vaccin MenAfriVac sans avoir à le conserver au frais réduirait les coûts de 50%.  


1 Lydon et al, Bull. de l’OMS 2014

Les épidémies saisonnières de méningite menacent 450 millions de personnes en Afrique

Les survivants peuvent souffrir de lésions cérébrales, de surdité et d’autres handicaps

La méningite à méningocoques est une forme de méningite bactérienne, une grave infection des fines membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière.

La majorité des infections à méningocoques sont causées par les sérogroupes A, B, C, W ou Y. Avant le début des campagnes de vaccination de masse en 2010, les méningocoques du sérogroupe A représentaient de 80 à 85% des cas en Afrique. Depuis, la proportion de la méningite A a accusé un recul impressionnant.

LA CEINTURE DE LA MÉNINGITE

C'est dans la ceinture de la méningite que l'on enregistre les taux les plus élevés de prévalence de la méningite à méningocoques. Cette zone s'étend du Sénégal à l'ouest jusqu'à l'Éthiopie à l'est, avec une population à risque de près de 450 millions de personnes.

Les épidémies se produisent pendant la saison sèche, de décembre à juin. Une vague épidémique peut durer de deux à trois ans, en s’interrompant pendant la saison des pluies. Les nourrissons, les enfants et les jeunes adultes sont les plus exposés au risque d’infection.

RÉPERCUSSIONS ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

La méningite a de graves conséquences économiques et sociales. D’après une étude réalisée au Burkina Faso en 2006/2007, les ménages dépensaient $US 90 par cas de méningite. Cela équivaut à près de 34% (soit quatre mois) du revenu moyen des ménages.

Quand la maladie a laissé des handicaps, cette somme pouvait atteindre jusqu’à $US 154. En outre, beaucoup de personnes avaient peur de mener une vie sociale ou de travailler pendant une épidémie, par crainte d’attraper la maladie.

Gavi a collaboré avec le Projet Vaccins Méningite en vue d’obtenir un vaccin abordable contre la méningite A en moins de 10 ans.

Gavi apporte un soutien aux campagnes préventives et à la vaccination systématique.

PROJET VACCINS MÉNINGITE

Dans le cadre de ses efforts visant à éliminer les épidémies mortelles, le Projet Vaccins Méningite, partenariat entre l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et PATH, financé par la Fondation Bill & Melinda Gates, a mis au point un vaccin abordable contre la méningite A.

Histoire du MenAfriVac

En 2001, l’OMS et PATH, organisme à but non lucratif établi à Seattle (États-Unis), ont fondé le Projet Vaccins Méningite grâce à un financement majeur de la Fondation Bill & Melinda Gates.

Sa mission : mettre au point un vaccin à un prix suffisamment bas – 0,40 US$ la dose – pour permettre un emploi généralisé en Afrique. On pourrait ainsi éliminer à jamais les épidémies comme lors de la flambée de 1996-97, qui a entraîné 250 000 cas de maladie et 25 000 décès.

Les fabricants commerciaux des pays industrialisés ne pouvaient produire ce vaccin à un prix cible aussi bas. Ce groupement a donc mené lui-même les recherches et fait appel au Serum Institute of India à Pune pour fabriquer le vaccin. Le coût total de recherche et développement de ce projet était 5 à 10 fois moindre que celui d’autres vaccins types.

En 2008, le Conseil d’administration de Gavi a approuvé un soutien destiné à immuniser au moyen du MenAfriVac l’ensemble de la population cible dans les 26 pays de la ceinture de la méningite d’ici à 2016. Le taux de couverture étant élevé chez les moins de 30 ans, soit environ 315 millions de personnes, on prévoit l’élimination des épidémies dans cette région d’Afrique.

Afin d’assurer la protection constante des générations futures et après préqualification du MenAfriVac par l’OMS en 2014, Gavi aide les pays à introduire ce vaccin dans leurs programmes de vaccination systématique.

SOUTIEN FINANCIER DE GAVI

Dans les 26 pays où la méningite A est endémique, Gavi soutient actuellement :

Des campagnes de prévention

Les pays soutenus par Gavi reçoivent un soutien destiné aux campagnes de prévention selon un schéma de vaccination à une dose ainsi que du matériel associé. Les pays bénéficiant d’un soutien destiné aux campagnes de prévention ne reçoivent pas de subvention à l’introduction des vaccins. Néanmoins, Gavi attribue 0,65 US$ par personne comprise dans la population cible de la campagne, afin de contribuer aux frais opérationnells (80 % environ du coût total estimé). Gavi vise à faire en sorte que la population cible reçoive les vaccins de manière opportune et efficace.

L’introduction dans le système de vaccination systématique

Afin de prévenir des épidémies futures, il faudrait inscrire le vaccin contre la méningite dans le calendrier national de vaccination systématique des nourrissons un à cinq ans après leur campagne de vaccination de prévention.1 

Gavi apporte un soutien destiné à l’administration d’une dose de vaccin antiméningococcique A ainsi qu’au matériel d’injection associé. Les pays recevront une subvention unique en espèces destinée à l’introduction des vaccins de manière à couvrir les frais supplémentaires. Il est prévu que le gouvernement et les partenaires couvrent les autres coûts associés à l’introduction de ce vaccin.

Des campagnes de rattrapage ciblant les bébés

Gavi finance également des campagnes simultanées et uniques de « rattrapage bébés ». Celles-ci ciblent les bébés nés entre la campagne de prévention et l’introduction de ce vaccin dans le calendrier de vaccination systématique.

Des stocks d’urgence en cas de méningite

Gavi contribue à la constitution d’un stock d’urgence en cas de méningite afin de lutter contre les épidémies. Ce stock peut comprendre la méningite A ainsi que d’autres sérotypes, suivant la cause de l’épidémie (Men AC; Men ACW/ACYW). Le soutien englobe les situations d’épidémies représentant une urgence dans les 26 pays de la ceinture africaine de la méningite.

Le Groupe international de coordination hébergé par l’OMS coordonne les stocks de vaccins destinés aux situations d’urgence. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter : http://www.who.int/csr/disease/meningococcal/icg/en/  

Chaîne de température contrôlée (CTC)

À compter de 2014, Gavi accorde un soutien supplémentaire aux pays qui souhaitent mettre en œuvre leur campagne de vaccination contre la méningite A en adoptant une stratégie dite « chaîne de température contrôlée ». L’OMS achemine ces fonds.


1 OMS (2015) Meningococcal conjugate vaccine: Updated Guidance. Relevé épidémiologique hebdomadire (REH), 20 fév. 2015, No. 8, 2015, 90, 57–68. http://www.who.int/wer/2015/wer9008.pdf?ua=1
close icon

modal window here