Soutien au vaccin contre la méningite A

in page functions

Plus de 235 millions de personnes vaccinées grâce aux campagnes soutenues par Gavi

Aucun signalement de nouveau cas de méningite A dans les pays à population vaccinée

Meningitis A Nigeria

Des écoliers tenant à la main des carnets de vaccination au Nigéria, l’un des 15 pays à avoir lancé des campagnes de vaccination contre la méningite A grâce au soutien de Gavi. Crédit : Gavi/2011/Ed Harris.

DES ÉPIDÉMIES À LEUR NIVEAU LE PLUS BAS JAMAIS ENREGISTRÉ

De 2010 à 2015, les campagnes de vaccination contre la méningite A soutenues par Gavi ont permis d’atteindre 235 millions d’enfants et de jeunes adultes dans 16 pays de la « ceinture de la méningite », qui s’étend sur 26 pays d’Afrique. Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan, Tchad et Togo sont les pays qui bénéficient d’un soutien.

En moyenne, les campagnes ont permis d’atteindre plus de 85 % de ceux qui sont exposés au risque de contracter cette maladie mortelle. Les retombées ont été spectaculaires, le nombre d'épidémies enregistrées dans la ceinture de la méningite ayant chuté à un niveau sans précédent.

Après administration d'une seule dose de ce vaccin à 1,8 million de personnes dans trois régions du Tchad, les taux de méningite ont chuté de 94 %. Aucun nouveau cas n'a été constaté chez les enfants de moins de 1 an ou chez les adultes de plus de 29 ans, mettant ainsi en évidence l’effet positif du MenAfriVac sur l'immunité de la population.

Depuis 2016, Gavi soutient la vaccination systématique des enfants âgés de 9 à 18 mois. Jusqu'à présent, six pays se sont vu accorder ce type de soutien et commencent à introduire ce vaccin dans leurs programmes de vaccination systématique. Gavi soutiendra également des campagnes de rattrapage visant à tenir compte des enfants nés après la mise en œuvre d'une campagne de masse.

La chaîne de température contrôlée permet d’accroître la portée du vaccin contre la méningite A

Le vaccin MenAfriVac, conçu de manière à satisfaire les besoins spécifiques de la ceinture africaine de la méningite, se conserve pendant quatre jours au maximum à des températures pouvant aller jusqu’à 40 °C dans le cadre d’une chaîne de température contrôlée (CTC). On pourrait ainsi rendre les campagnes plus efficaces, améliorer la couverture et économiser des fonds qui seraient autrement consacrés au maintien de la chaîne du froid jusqu’au dernier kilomètre.

Grâce aux fonds de Gavi, trois pays – Côte d’Ivoire, Mauritanie et Togo – ont pu mettre en œuvre leurs campagnes de vaccination contre la méningite A en recourant à la CTC. Comme il n’est plus nécessaire d’utiliser des blocs réfrigérants pour conserver les vaccins entre 2 °C et 8 °C, la CTC a permis d’obtenir des résultats spectaculaires en matière de facilité et d’efficacité de la prestation de la vaccination. La plupart des districts ayant mis en œuvre cette solution ont atteint une couverture très élevée.

La méthode de la chaîne de température contrôlée pourrait présenter des avantages économiques majeurs. Selon une étude de l’OMS1, l’administration du vaccin MenAfriVac sans conservation obligatoire au frais réduirait les coûts de 50 %.

Pour en savoir plus sur la chaîne de température contrôlée (CTC) 


1 Lydon et al, Bull. de l’OMS 2014

Des épidémies de méningite A menacent 450 millions d’habitants dans la ceinture africaine de la méningite

Les survivants sont exposés au risque de lésions cérébrales, de surdité et d’autres handicaps

« CEINTURE DE LA MÉNINGITE »

Cette maladie prédomine dans la ceinture subsaharienne de la méningite, région qui regroupe 26 pays subsahariens et qui s’étend du Sénégal et de la Gambie à l’ouest jusqu’à l’Éthiopie à l’est. La population à risque de cette région s’élève à quelque 450 millions d’habitants. Les épidémies y surviennent au cours de la saison sèche, de décembre à juin. Une vague épidémique peut durer de deux à trois ans, avec une période d’interruption au cours des saisons pluvieuses.

Méningocoque

Divers facteurs peuvent entraîner une méningite, infection des membranes qui entourent le cerveau et la moelle épinière. Les causes les plus courantes sont d’origine virale ou bactérienne, parmi lesquelles le meningocoque. On distingue cinq principaux groupes de méningococcie, le plus répandu étant le groupe A, responsable d’environ 85 % des cas de méningite à méningocoque dans la ceinture africaine de la méningite.

Cependant, le Niger a été récemment touché par la première épidémie de méningite C à grande échelle jamais enregistrée dans la ceinture de la méningite. Gavi a participé à la réponse mondiale par son soutien à la constitution d’un stock destiné aux situations d’urgence.

Nourrissons, enfants et jeunes adultes sont les plus exposés au risque d’infection.

Pour en savoir plus sur la ceinture de la méningite  

RETOMBÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

Les retombées économiques et sociales de cette maladie sont considérables.

Selon une étude menée au Burkina Faso en 2006/2007, les ménages dépensaient 90 US$ par cas de méningite, ce qui équivaut à environ 34 % (ou à quatre mois) du revenu moyen par ménage. Lorsque la maladie a entraîné des handicaps, ce montant augmentait jusqu’à 154 US$. Par ailleurs, nombreux sont ceux qui ont peur de mener une vie sociale ou de travailler au cours d’une épidémie de méningite par crainte de contracter la maladie.

Gavi a collaboré avec le Projet Vaccins Méningite en vue d’obtenir un vaccin abordable contre la méningite A en moins de 10 ans.

Gavi apporte un soutien aux campagnes préventives et à la vaccination systématique.

PROJET VACCINS MÉNINGITE

Dans le cadre de ses efforts visant à éliminer les épidémies mortelles, le Projet Vaccins Méningite, partenariat entre l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et PATH, financé par la Fondation Bill & Melinda Gates, a mis au point un vaccin abordable contre la méningite A.

Histoire du MenAfriVac

En 2001, l’OMS et PATH, organisme à but non lucratif établi à Seattle (États-Unis), ont fondé le Projet Vaccins Méningite grâce à un financement majeur de la Fondation Bill & Melinda Gates.

Sa mission : mettre au point un vaccin à un prix suffisamment bas – 0,40 US$ la dose – pour permettre un emploi généralisé en Afrique. On pourrait ainsi éliminer à jamais les épidémies comme lors de la flambée de 1996-97, qui a entraîné 250 000 cas de maladie et 25 000 décès.

Les fabricants commerciaux des pays industrialisés ne pouvaient produire ce vaccin à un prix cible aussi bas. Ce groupement a donc mené lui-même les recherches et fait appel au Serum Institute of India à Pune pour fabriquer le vaccin. Le coût total de recherche et développement de ce projet était 5 à 10 fois moindre que celui d’autres vaccins types.

En 2008, le Conseil d’administration de Gavi a approuvé un soutien destiné à immuniser au moyen du MenAfriVac l’ensemble de la population cible dans les 26 pays de la ceinture de la méningite d’ici à 2016. Le taux de couverture étant élevé chez les moins de 30 ans, soit environ 315 millions de personnes, on prévoit l’élimination des épidémies dans cette région d’Afrique.

Afin d’assurer la protection constante des générations futures et après préqualification du MenAfriVac par l’OMS en 2014, Gavi aide les pays à introduire ce vaccin dans leurs programmes de vaccination systématique.

SOUTIEN FINANCIER DE GAVI

Dans les 26 pays où la méningite A est endémique, Gavi soutient actuellement :

Des campagnes de prévention

Les pays soutenus par Gavi reçoivent un soutien destiné aux campagnes de prévention selon un schéma de vaccination à une dose ainsi que du matériel associé. Les pays bénéficiant d’un soutien destiné aux campagnes de prévention ne reçoivent pas de subvention à l’introduction des vaccins. Néanmoins, Gavi attribue 0,65 US$ par personne comprise dans la population cible de la campagne, afin de contribuer aux frais opérationnells (80 % environ du coût total estimé). Gavi vise à faire en sorte que la population cible reçoive les vaccins de manière opportune et efficace.

L’introduction dans le système de vaccination systématique

Afin de prévenir des épidémies futures, il faudrait inscrire le vaccin contre la méningite dans le calendrier national de vaccination systématique des nourrissons un à cinq ans après leur campagne de vaccination de prévention.1 

Gavi apporte un soutien destiné à l’administration d’une dose de vaccin antiméningococcique A ainsi qu’au matériel d’injection associé. Les pays recevront une subvention unique en espèces destinée à l’introduction des vaccins de manière à couvrir les frais supplémentaires. Il est prévu que le gouvernement et les partenaires couvrent les autres coûts associés à l’introduction de ce vaccin.

Des campagnes de rattrapage ciblant les bébés

Gavi finance également des campagnes simultanées et uniques de « rattrapage bébés ». Celles-ci ciblent les bébés nés entre la campagne de prévention et l’introduction de ce vaccin dans le calendrier de vaccination systématique.

Des stocks d’urgence en cas de méningite

Gavi contribue à la constitution d’un stock d’urgence en cas de méningite afin de lutter contre les épidémies. Ce stock peut comprendre la méningite A ainsi que d’autres sérotypes, suivant la cause de l’épidémie (Men AC; Men ACW/ACYW). Le soutien englobe les situations d’épidémies représentant une urgence dans les 26 pays de la ceinture africaine de la méningite.

Le Groupe international de coordination hébergé par l’OMS coordonne les stocks de vaccins destinés aux situations d’urgence. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter : http://www.who.int/csr/disease/meningococcal/icg/en/  

Chaîne de température contrôlée (CTC)

À compter de 2014, Gavi accorde un soutien supplémentaire aux pays qui souhaitent mettre en œuvre leur campagne de vaccination contre la méningite A en adoptant une stratégie dite « chaîne de température contrôlée ». L’OMS achemine ces fonds.


1 OMS (2015) Meningococcal conjugate vaccine: Updated Guidance. Relevé épidémiologique hebdomadire (REH), 20 fév. 2015, No. 8, 2015, 90, 57–68. http://www.who.int/wer/2015/wer9008.pdf?ua=1
close icon

modal window here