Soutien au vaccin pentavalent

in page functions

Grâce au soutien de Gavi, les 73 pays les plus pauvres du monde disposent du vaccin pentavalent

Pentavalent South Sudan

Une mère portant son enfant dans les bras à l’occasion du lancement du vaccin pentavalent au Soudan du Sud. Credit: Gavi/2014/Mike Pflanz.

Le vaccin pentavalent protège en une injection de cinq infections majeures : diphtérie, tétanos, coqueluche, hépatite B et Haemophilus influenzae type b (Hib).

ÉLARGISSEMENT DE LA COUVERTURE

En juillet 2014, le Soudan du Sud est devenu le 73e et dernier pays soutenu par Gavi à introduire le vaccin pentavalent cinq-en-un, lancé initialement au Guyana en 2001.

En 2000, moins de 10 % des pays à faible revenu avaient inscrit le vaccin anti-hépatite B à leurs calendriers de vaccination nationaux, tandis que moins de 5 % y avaient ajouté le vaccin anti-Hib.

Quinze ans plus tard, nos partenaires ont dépassé l’un des objectifs de l’Alliance du Vaccin et atteint notre but de faire en sorte que tous les pays les plus pauvres du monde disposent de ces vaccins qui sauvent des vies au moyen du pentavalent.

La couverture par le vaccin pentavalent dans les 73 pays soutenus par Gavi est passée de 1 % à 2000 à 68 % en 2015.

Élargir la couverture vaccinale tout en réduisant le nombre d’injections

Le pentavalent contient cinq vaccins différents dans une fiole et protège donc de cinq maladies : diphtérie, coqueluche, tétanos (DTC), hépatite B et Haemophilus influenzae type B (Hib). 

Successeur du vaccin DTC, il a été introduit pour accroître la couverture des vaccins anti-hépatite B et anti-Hib en les ajoutant au programme de vaccination systématique.

HIB

Le Hib, bactérie mortelle, est cause de méningite, pneumonie et septicémie. Quelque 200 000 décès d’enfants lui sont attribuables chaque année. La majorité des survivants souffrent de paralysie, de surdité, de retard mental et de troubles d’apprentissage. 

Dans les pays en développement, où surviennent la majorité des décès par Hib, jusqu’à 35 % des survivants gardent des séquelles. 

HÉPATITE B

L’hépatite B, infection virale, coûte la vie à plus de 680 000 personnes chaque année en raison des maladies du foie chroniques ou aiguës dont elle est à l’origine. 

Les bébés et les jeunes enfants sont les plus exposés au risque de contracter l’hépatite B, ce virus se transmettant souvent de la mère à l’enfant avant ou peu après la naissance. Les victimes courent le risque de décéder des suites d’une cirrhose ou d’un cancer du foie plus tard dans la vie.

On estime à 240 millions le nombre de personnes dans le monde infectées par l’hépatite B de manière chronique. 

TROIS INJECTIONS AU LIEU DE NEUF

L’administration des vaccins anti-hépatite B et anti-Hib incorporés au vaccin pentavalent cinq-en-un ne se limite pas à améliorer la couverture. En effet, il ne faut que trois injections – au lieu de neuf précédemment – pour une protection identique. 

Parmi les autres avantages figurent :

  • une protection étendue obtenue rapidement et en toute sécurité ; 
  • la réduction des coûts de transport ;
  • moins de seringues à jeter, et donc un moindre impact environnemental ; et
  • moins d’anxiété et de gêne pour les enfants et les parents du fait du nombre réduit d’injections.

Garantir la fiabilité et la pérennité des approvisionnements en vaccins pentavalent à des prix abordables

Penta Haiti 2012

VACCINATION SYSTÉMATIQUE

Gavi attribue une aide au financement des vaccins antidiphtérique-antitétanique-anticoquelucheux (DTC), anti-hépatite B et anti-Haemophilius influenzae type b (Hib) depuis sa création. Cependant, pour remédier à la faible demande historique du vaccin anti-Hib dans nombre de pays, Gavi a également commencé à offrir le vaccin pentavalent en 2001. 

L’objectif était d’élargir la couverture par l’ajout des vaccins anti-Hib et anti-hépatite B dans le cadre de la vaccination systématique. En 2012, Gavi a décidé de n’attribuer une aide au financement des vaccins anti-hépatite B et anti-Hib que si ceux-ci étaient administrés au moyen du vaccin pentavalent cinq-en-un.

LE MODELE DE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ

Le succès que représente le vaccin pentavalent reflète les forces du modèle de partenariat public-privé de Gavi. La Division des approvisionnements de l’UNICEF a satisfait à la demande de plus d’un milliard de doses et l’OMS et l’UNICEF ont aidé les pays à prendre des décisions éclairées sur le moment et la façon d’introduire ce vaccin.

Le secteur pharmaceutique a accru la capacité de production mondiale, passée de 20 à 400  millions de doses. Des améliorations innovantes concernant la formulation et l’emballage du vaccin cinq-en-un ont permis de nettement réduire les problèmes liés à la chaîne du froid.

DES PRIX RÉDUITS

Durant les quinze dernières années, Gavi et ses partenaires ont négocié des réductions importantes du prix des vaccins pentavalent.

Du fait de son pouvoir d’achat important, Gavi a été en mesure d’inciter les fabricants à diminuer leurs prix tout en encourageant de nouveaux fournisseurs à pénétrer le marché, notamment ceux établis dans des pays émergents. Gavi peut donc désormais acheter le vaccin pentavalent – qui coûtait, jusqu’à présent, plus de 30 US$ la dose sur le marché public des États-Unis – à partir de seulement 1,15 US$ la dose.

close icon

modal window here