Le prix d’un vaccin qui sauve des vies devrait nettement baisser en 2011

in page functions

L’influence de GAVI sur le marché garantit à un plus grand nombre d’enfants vulnérables de pouvoir être vaccinés

Genève, 26 novembre 2010 - GAVI Alliance a annoncé aujourd’hui qu’un vaccin qui sauve des vies contre cinq maladies mortelles coûtera désormais moins cher pour les enfants les plus pauvres de la planète.

Grâce à l’augmentation de la demande du vaccin «pentavalent» et à l’offre de prix réduit d’un fabricant de vaccins basé dans un marché émergent, GAVI estime qu’en 2011 le prix moyen pondéré de celui-ci baissera pour atteindre 2,58 US$, par rapport au prix moyen actuel de 2,97 US$ et au prix encore plus élevé de 3,65 US$ en 2004. Cela représente une baisse de 30% ces sept dernières années.

En regroupant la forte demande des pays en développement et en garantissant un financement durable, ces vaccins deviennent de plus en plus abordables. 

Helen Evans, PDG de GAVI par intérim

Ce vaccin conjugué, qui protège un enfant contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, Haemophilus influenzae type b (Hib) et l’hépatite B s’avère très utile dans les pays à faible revenu où les services de santé peuvent être sporadiques et où il est plus difficile pour les mères pauvres de faire régulièrement vacciner leurs jeunes enfants.

L’utilisation du vaccin pentavalent permet d’atteindre une large protection rapidement et en toute sécurité et de diminuer les frais d’acheminement; de plus, le nombre réduit de seringues à jeter diminue l’impact pour l’environnement. Cela représente aussi moins d’injections pour les bébés.

GAVI s’est engagée en 2000 à financer ce vaccin pour les pays à faible revenu, ce qui a attiré de nouveaux fabricants sur le marché, créé de la concurrence et finalement abouti à la baisse des prix.

«En regroupant la forte demande des pays en développement et en garantissant un financement durable, ces vaccins deviennent de plus en plus abordables. En conséquence, davantage d’enfants peuvent être protégés contre ces maladies mortelles», a déclaré Helen Evans, PDG de GAVI par intérim.

Pas plus tard qu’en 2004, seuls quelques pays à faible revenu utilisaient le vaccin pentavalent. Aujourd’hui, avec le soutien de GAVI, plus de 80% de ces pays l’utilisent. L’année prochaine, cinq produits seront disponibles, la plupart venant de fabricants de pays émergents.

De nouvelles données montrent que, depuis la création de GAVI en 2000, 288 millions d’enfants supplémentaires ont été vaccinés et plus de cinq millions de décès prématurés ont été évités.  

Néanmoins, Mme Evans a souligné qu’il restait des obstacles à franchir. Même si le prix des vaccins est moins élevé, GAVI a besoin d’approximativement 3,7 milliards US$ ces cinq prochaines années pour continuer à fournir aux pays à faible revenu le vaccin pentavalent ainsi que de nouveaux vaccins contre, notamment la pneumonie et les maladies diarrhéiques, les deux principales causes de mortalité chez les jeunes enfants dans le monde.

«La vaccination constitue un pilier très rentable pour bâtir des économies et des communautés fortes et en bonne santé», a déclaré Mme Evans. «L’industrie, les donateurs et les pays eux-mêmes doivent continuer de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour faire en sorte que les enfants les plus vulnérables du monde aient le même accès aux vaccins qui sauvent des vies que les enfants des pays riches.»

GAVI estime qu’un programme entièrement financé préviendrait approximativement 3.9 millions de décès futurs d’ici 2015 et aurait un impact significatif en réduisant davantage la mortalité infantile dans le monde.

close icon

modal window here