Les vaccins antirotavirus améliorent la santé et le bien-être des enfants en réduisant nettement la diarrhée aiguë et mortelle

in page functions

Les conclusions d’une étude parue dans un supplément spécial de The Pediatric Infectious Disease Journal  montrent l’impact significatif des vaccins antirotavirus dans la diminution des maladies diarrhéiques infantiles partout dans le monde

Bolivia rotavirus success

Source : WHO/Antonio Suarez Weise.

Seattle, 20 janvier 2011 –  Les conclusions de l’étude publiée le27 décembre 2010 dans un supplément spécial de The Pediatric Infectious Disease Journal montrent l’impact substantiel des vaccins antirotavirus sur la santé des enfants tant dans les pays développés que dans les pays en développement où ils ont été introduits. Ce supplément intitulé Real World Impact of Rotavirus Vaccination résume les données concernant la baisse spectaculaire et rapide du nombre d’enfants hospitalisés en raison du rotavirus dans les pays ayant ajouté les vaccins antirotavirus à leurs programmes de vaccination systématique.

Les données de ce supplément viennent s’ajouter au nombre croissant de preuves qui indiquent que  l’introduction des vaccins antirotavirus réduit nettement les hospitalisations dues à la diarrhée infantile et sauve la vie des enfants. 

Dr. Anne Schuchat, Directrice du Centre National pour l’Immunisation et les Maladies Respiratoires, Centres Américains de Contrôle et de Prévention des Maladies

La diarrhée est l’une des deux principales causes de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans à travers le monde, et le rotavirus constitue la première cause de maladie diarrhéique aiguë chez les enfants. Chaque année, les maladies diarrhéiques imputables au rotavirus coûtent la vie à plus de 500 000 enfants de moins de cinq ans et entraînent l’hospitalisation de millions d’autres.

«Les données de ce supplément viennent s’ajouter au nombre croissant de preuves qui indiquent que  l’introduction des vaccins antirotavirus réduit nettement les hospitalisations dues à la diarrhée infantile et sauve la vie des enfants», a déclaré la Dr. Anne Schuchat, Directrice du Centre National pour l’Immunisation et les Maladies Respiratoires, Centres Américains de Contrôle et de Prévention des Maladies. «Malheureusement, trop d’enfant à travers le monde sont gravement malades ou meurent de cette maladie évitable. Nous devons continuer d’étendre nos efforts pour garantir que tous les enfants ont accès à ces vaccins.»

En 2009, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a recommandé à tous les pays d’inclure les vaccins antirotavirus dans leurs programmes nationaux de vaccination. La vaccination contre le rotavirus est une composante essentielle d’une approche coordonnée visant à lutter contre la diarrhée aiguë et mortelle. Parmi les moyens de prévenir et de traiter la diarrhée figurent également la thérapie par réhydratation orale, l’allaitement maternel exclusif, l’administration de zinc ainsi que l’amélioration de l’hygiène et de l’assainissement. La plupart des enfants du monde auront contracté le rotavirus avant leur troisième anniversaire, mais ceux qui vivent dans les pays en développement meurent plus souvent de la diarrhée terrible qu’il provoque, car les traitements des infections graves sont fréquemment limités ou inaccessibles.

«Les vaccins contre le rotavirus offrent une réelle possibilité de sauver des vies, et il est tragique que les enfants qui en ont le plus besoin n’y aient pas plus largement accès», a déclaré Helen Evans, PDG par intérim de GAVI Alliance. «Il est urgent que nous mettions ces vaccins qui sauvent des vies à disposition des enfants dans les pays en développement.» GAVI s’est engagée à soutenir l’introduction du vaccin antirotavirus dans au moins 40 des pays les plus pauvres du monde d’ici 2015. L’Alliance cherche à obtenir approximativement 4 milliards US$ des donateurs afin de financer l’achat de ces vaccins et d’autres interventions qui sauvent des vies.

Voici quelques points essentiels du supplément Real World Impact of Rotavirus Vaccination, quimontrent l’impact substantiel et mesurable des vaccins antirotavirus sur la santé des enfants dans le monde développé et en développement:

  • Aux Etats-Unis, les hospitalisations dues au rotavirus ont diminué de 58-86 % au cours des trois années ayant suivi l’introduction de ce vaccin en juillet 2006.  
  • En Australie, où le vaccin antirotavirus a été introduit en juillet 2007, les hospitalisations ont connu une baisse spectaculaire de 89-94 % chez les enfants de moins de cinq ans vivant au Queensland. 
  • A El Salvador, les taux d’hospitalisations imputables au rotavirus chez les enfants de moins de cinq ans ont chuté de 69-81 % deux ans et demi après l’introduction du vaccin en octobre 2006.  
  • Au Mexique, où le vaccin antirotavirus a été introduit en mai 2007, les hospitalisations dues à la diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans ont chuté de 40 % en 2009 au cours de la saison du rotavirus. 

«La décision de l’Organisation panaméricaine de la Santé (PAHO) d’investir en priorité dans la vaccination antirotavirus se révèle payante pour nos enfants», a déclaré le Dr Jon K. Andrus, directeur adjoint de PAHO,  tout en saluant l’impact significatif observé dans les pays d’Amérique latine. «Les preuves sont évidentes: la vaccination contre le rotavirus représente l’un des meilleurs moyens de protéger des millions d’enfants de la diarrhée aiguë, souvent mortelle.»

L’étude montre aussi qu’il y a eu des réductions importantes des cas de maladies diarrhéiques parmi les enfants plus âgés, non vaccinés, suggérant que la vaccination limiterait la quantité totale de virus transmis, protégeant ainsi l’ensemble de la population de manière indirecte. Ce phénomène, appelé «immunité de groupe» fera l’objet d’études complémentaires.

 «Partout, que ce soit dans le monde développé ou en développement, nous constatons une diminution rapide et impressionnante des infections à rotavirus après le déploiement de ce vaccin », a déclaré le Dr  John Wecker, directeur du Programme mondial pour l’accès aux vaccins  à PATH. «Il faut souvent des années pour démontrer l’efficacité des vaccins ; avec le rotavirus, l’impact spectaculaire est immédiat, ce qui devrait contraindre dirigeants et donateurs à soutenir et à mettre en œuvre la recommandation de l’OMS visant à introduire les vaccins antirotavirus.»

En plus de montrer l’importance cruciale de la vaccination contre le rotavirus en termes de santé, le supplément Real World Impact of Rotavirus Vaccination, publié les 27 décembre 2010,examine également les changements observés après l’introduction du vaccin. Ces changements portent sur la durée et le moment de la saison du rotavirus mais aussi sur la variation des souches. Il est nécessaire de mener des études épidémiologiques à plus long terme pour évaluer si le vaccin antirotavirus peut jouer un rôle dans ces changements et, si oui, dans quelle mesure.

# # #

Pour accéder aux articles, veuillez consulter le site http://journals.lww.com/pidj/toc/2011/01001. Pour obtenir des informations de caractère général sur le rotavirus et les maladies diarrhéiques, veuillez consulter le site www.defeatDD.org.

Toutes les 2 minutes

Une femme meurt toutes les deux minutes d’un cancer du col de l’utérus – ce qui représente 266 000 décès chaque année. Plus de 85% de ces décès surviennent dans des pays en développement. Si les tendances actuelles se maintiennent et si rien ne change en matière de prévention et de lutte, les décès par cancer du col de l’utérus pourraient dépasser les décès maternels. Les vaccins contre le VPH sont capables de prévenir près de 90% des cas de cancer du col de l’utérus.

OMS

Autres chiffres...

close icon

modal window here