La nouvelle stratégie de haut niveau 2021-2025 approuvée par le Conseil d'administration de Gavi

in page functions

Les objectifs de Gavi : un accès durable et équitable à la vaccination, l’amélioration des systèmes de santé et des marchés plus sains

Gavi Board June 2019

Le Conseil d'administration de Gavi. Crédit : Gavi/2019.

Genève, le 27 juin 2019Le Conseil d'administration de Gavi a approuvé aujourd'hui une nouvelle stratégie qui guidera le travail de l’Alliance du Vaccin au cours de la période 2021-2025, en donnant la priorité à la vaccination des communautés qui n’en bénéficient toujours pas, comme celles des bidonvilles urbains, des régions éloignées et des zones de conflit.

« Depuis sa création en 2000, Gavi a accompli énormément de choses », a reconnu la Dre Ngozi Okonjo-Iweala, présidente du conseil d'administration de Gavi. « Au cours de ces deux dernières décennies, des centaines de millions d'enfants ont pu être protégés contre certaines des maladies les plus meurtrières du monde, le prix des vaccins a chuté et de nouveaux vaccins contre des maladies comme la pneumonie et le cancer du col de l'utérus ont été introduits dans des pays qui n’auraient pas pu se les procurer autrement, tout cela grâce à l’Alliance du Vaccin. L'équité sera le principe directeur fondamental de l'Alliance pour les cinq prochaines années. Cela signifie qu'il faudra se focaliser sur ceux qui ont été laissés de côté, que ce soient des filles ou des femmes, des réfugiés ou des communautés isolées, pour que personne ne soit privé des vaccins essentiels.

La nouvelle stratégie, qui est l'aboutissement de 18 mois de consultations avec différents acteurs concernés, d'analyses et de discussions, sera ancrée dans les Objectifs de développement durable, faisant écho à leur mission de ne laisser personne de côté. Pour ce faire, cette stratégie définit quatre axes, dans l’objectif pour sauver des vies et de protéger la santé des populations en augmentant la couverture vaccinale et en favorisant un accès équitable et durable à la vaccination :

1. Introduire les vaccins et étendre leur utilisation

Depuis 2000, Gavi a aidé les pays à mener plus de 400 introductions de vaccins nouveaux ou sous-utilisés et campagnes de vaccination. Dans la première phase de Gavi, l'Alliance a commencé par soutenir les vaccins qui protègent contre six maladies infectieuses. D'ici 2025, ce chiffre passera au minimum à 18, avec notamment le vaccin polio inactivé (VPI) et de nouveaux vaccins comme le vaccin contre la rage, le vaccin contre l'hépatite B (administré en une dose à la naissance) et le vaccin multivalent contre le méningocoque. Gavi soutiendra également des vaccins qui, comme les vaccins contre la maladie à virus Ebola, le choléra et la typhoïde, permettent de combattre les épidémies, de lutter contre la résistance aux antimicrobiens et de renforcer la sécurité sanitaire mondiale. Compte tenu du nombre croissant de vaccins soutenus par Gavi, l'Alliance aidera les pays à établir des priorités en fonction de l'épidémiologie locale, des capacités nationales et de considérations de pérennisation.

2. Renforcer les systèmes de santé pour accroître l'équité en matière de vaccination

Les pays soutenus par Gavi ont battu des records avec l’administration complète des vaccins de base à 64 millions d'enfants en 2017, contre 41 millions en 2000. Pourtant, dans les pays soutenus par Gavi, près d’un enfant sur dix n’est toujours pas vacciné de façon systématique. Pour atteindre ces millions d’enfants qui échappent toujours à la vaccination, Gavi cherchera davantage à atteindre les plus marginalisés en renforçant les systèmes de soins de santé primaires, en suscitant et en aidant à maintenir la demande de vaccination des communautés et en faisant appel à l'innovation pour aider les services de vaccination à atteindre ces enfants. Cela permettra également de mieux focaliser et renforcer la stratégie adoptée pour s'attaquer aux problèmes liés au genre qui empêchent d’atteindre tous les enfants.

3. Pérenniser les programmes de vaccination

Gavi travaille activement avec les pays qu’elle soutient pour qu'ils arrivent à cofinancer et à prendre progressivement en charge le financement de leurs vaccins à mesure qu’ils s’enrichissent. C’est ainsi que les pays se passent progressivement du soutien de Gavi, tandis que l'Alliance les aide à consolider leurs programmes de vaccination. De 2011 à 2018, les pays ont augmenté leur contribution pour les vaccins soutenus par Gavi, laquelle est passée de 36 millions à 475 millions de dollars US, et 19 pays devraient pouvoir se passer du soutien de Gavi d'ici 2020. Gavi continuera à s’attacher à établir des soutiens politiques et à mobiliser les ressources intérieures des pays pour la vaccination et les soins de santé primaires, et à aider les pays à se passer progressivement de son financement et à financer eux-mêmes leurs programmes de vaccination.

4. Assurer un marché sain pour les vaccins et les produits associés

Depuis sa création en 2000, les activités de Gavi en matière de façonnage du marché ont contribué à augmenter (de 5 à 17) le nombre de producteurs de vaccins qui approvisionnent les pays éligibles à l’aide de Gavi, et à faire baisser considérablement les prix. Ces dernières années, l'Alliance a élargi la portée de son travail de façonnage des marchés de façon à créer une dynamique de marché saine pour chacun de ses vaccins, de même que pour les produits associés comme les équipements de la chaîne du froid. Gavi continuera à chercher à équilibrer tous les éléments nécessaires pour assurer une dynamique de marché saine pour les vaccins et les produits liés à la vaccination, avec comme principal objectif d’assurer un approvisionnement fiable, constant et abordable. Cela permettra également d'adopter une démarche plus ciblée pour stimuler l'innovation dans le domaine des produits et services liés à la vaccination.

« Pour Gavi, la période 2021-2025 sera synonyme de nouveaux vaccins, de nouvelles technologies et de nouvelles approches pour aider à bâtir dans le monde en développement des communautés plus saines et plus riches », a déclaré le Dr Seth Berkley, directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du Vaccin. « Cette nouvelle stratégie accordera une priorité absolue aux millions d'enfants dans le monde qui n'ont pas accès aux vaccins. En offrant la vaccination à ces communautés oubliées, l'Alliance étendra également les systèmes de soins de santé primaires et jettera les bases de la couverture sanitaire universelle. Nous leur offrirons tous les avantages économiques dont bénéficient les populations en bonne santé et nous offrirons une première ligne de défense contre les épidémies mortelles, ce qui renforcera la sécurité sanitaire dans le monde entier. Avec cette stratégie, la vaccination participera fortement à la réalisation des objectifs de développement durable ».

Pour soutenir l'effort mondial d'éradication de la poliomyélite et atténuer le risque de réémergence de la maladie, le Conseil est également convenu d'une approche de partage des coûts pour le vaccin polio inactivé (VPI). Gavi financera entièrement le vaccin pour les pays très pauvres, mais les autres pays qui reçoivent une aide de Gavi pour le VPI devront utiliser le montant qu'ils dépensent actuellement pour le vaccin polio oral bivalent (VPOb) - environ 0,60 USD par enfant - pour le VPI une fois que le VPOb sera retiré après la certification de l'éradication. Gavi fournira le reste du financement.

En outre, le Conseil d’administration a demandé au Secrétariat de Gavi d'étudier les moyens de collaborer avec les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure qui financent eux-mêmes leurs programmes de vaccination, compte tenu des problèmes majeurs auxquels ces pays sont confrontés.

Dans le cadre de la réunion qui s'est tenue à Genève les 26 et 27 juin, le Conseil d’administration de Gavi a également approuvé à titre exceptionnel une prolongation de la phase de transition accélérée de la Papouasie-Nouvelle-Guinée jusqu'à la fin de l’année 2025. Le pays ne devait plus pouvoir bénéficier du soutien de Gavi à la fin de l'année 2020. Mais il reste extrêmement fragile, avec un système de santé très médiocre, la couverture vaccinale la plus faible de la région, une mortalité infantile élevée et récemment des épidémies de poliomyélite et de rougeole, malgré une croissance économique considérable tirée par l’industries minière. Le Conseil a donc reconnu que cette situation exceptionnelle justifiait une prolongation de la période de transition du pays, sous réserve que le gouvernement définisse les réformes à entreprendre dans le secteur de la santé et s'engage à les réaliser.

Les plans énoncés dans la stratégie, y compris pour le financement des vaccins, dépendent de la réussite de la reconstitution des ressources pour la période 2021-2025, qui culminera l'été prochain à Londres avec l’annonce des contributions lors de la conférence des donateurs. Le processus de reconstitution des ressources commencera en août 2019 à Yokohama, lors d'un événement de haut niveau accueilli par le gouvernement japonais à l'occasion de la septième Conférence internationale sur le développement de l’Afrique (TICAD 7), avec le lancement par Gavi de son plan d'investissement pour la prochaine période quinquennale. Richard Clarke, directeur général des Affaires politiques, de la recherche et de l’action humanitaire du département britannique du Développement international (DfID), et Masashi Nakagome, ministre de la Mission permanente du Japon à Genève, ont tous deux pris la parole à la réunion du Conseil d’administration pour discuter de ces événements et de la voie à suivre pour la reconstitution des ressources.

Le partenariat public-privé de Gavi, modèle unique en son genre, a besoin d'un financement prévisible pour permettre aux pays bénéficiaires et aux producteurs de prévoir la demande de vaccins sur une période de cinq ans. Cela permet d’optimiser les ressources et de maximiser l'impact de chaque dollar investi dans l'Alliance du Vaccin. La prochaine période stratégique 2021-2025 sera la cinquième de Gavi.

 

Gavi, l'Alliance du Vaccin est soutenue par les gouvernements des pays donateurs (Afrique du Sud, Allemagne, Arabie saoudite, Australie, Brésil, Canada, Chine, République de Corée, Danemark, Espagne, États-Unis d’Amérique, France, Inde, Irlande, Islande, Italie, Japon, Luxembourg, Monaco, Norvège, Oman, Pays-Bas, Qatar, Royaume-Uni, Russie, Suède, Suisse), la Commission européenne, Alwaleed Philanthropies, le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID), la Fondation Bill & Melinda Gates et Son Altesse Sheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, ainsi que des partenaires privés et des entreprises (Absolute Return for Kids, Anglo American plc., The Audacious Alliance, The Children's Investment Fund Foundation, China Merchants Group, Comic Relief, Deutsche Post DHL, the ELMA Vaccines and Immunization Foundation, Girl Effect, la Fédération internationale des répartiteurs pharmaceutiques (IFPW), the Gulf Youth Alliance, JP Morgan, le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe, la Fondation « la Caixa », LDS Charities, la Fondation du Lions Clubs International, Mastercard, Majid Al Futtaim, Orange, Philips, Reckitt Benckiser, Unilever, UPS et Vodafone).

Cliquer pour consulter la liste complète des donateurs (anglais).

Contacts presse

James Fulker

James Fulker
Gavi
+41 79 429 5505
+41 22 909 2926

Frédérique Tissandier

Frédérique Tissandier
Gavi, l'Alliance du Vaccin
+41 79 300 8253
+41 22 909 2968

close icon

modal window here