Vaccination contre Ebola pour lutter contre l'épidémie en RDC

in page functions

La vaccination débute en République démocratique du Congo

Ebola DRC first shots prepared

Les agents de santé préparent les premiers vaccins contre le virus Ebola à Mbandaka, en RDC. Crédit : Gavi/2018/P Barollier.

Mbandaka, le 21 mai 2018 - Le déploiement du vaccin contre le virus Ebola destiné à lutter contre l'épidémie pourrait donner un élan vital aux efforts menés en République démocratique du Congo (RDC) pour contenir la maladie, a déclaré aujourd'hui le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du Vaccin lors d’un déplacement dans le pays. Le Dr Berkley se rend avec le Ministre de la Santé de RDC, le Dr Oly Ilunga Kalenga, dans les zones affectées par cette épidémie. Ils iront à la rencontre des équipes de vaccination alors qu’elles commencent leur travail.

« Les travailleurs de santé seront les premiers à recevoir le vaccin aujourd’hui car ils sont ceux qui ont le plus de risques d’être exposés au virus, » a souligné le Dr Berkley. « Nous avons tous une dette de reconnaissance envers les agents de santé qui risquent leur vie pour bloquer la propagation de la maladie. »

Le monde entier a les yeux tournés vers nous et la vaccination vient pour bloquer la progression de la maladie.  

Dr Oly Ilunga Kalenga, Ministre de la Santé de RDC

« Depuis le 8 mai nous sommes en état de guerre, » a dit le Ministre de la Santé de RDC, le Dr Oly Ilunga Kalenga lors de la cérémonie de lancement de la vaccination. « Le monde entier a les yeux tournés vers nous et la vaccination vient pour bloquer la progression de la maladie. Je remercie nos partenaires OMS, Unicef, MSF, Gavi qui se sont levés dès le premier jour. Avoir des vaccins si rapidement n'a été possible que grâce à cette mobilisation. »

Gavi finance à hauteur de 1 million $US la vaccination. Le financement de Gavi viendra soutenir le déploiement des travailleurs de santé, le transport, des fournitures nécessaires et d’autres coûts opérationnels associés de la campagne.

La vaccination sera mise en œuvre par le gouvernement de la RDC et les partenaires de l'Alliance, notamment l'OMS qui dirige et coordonne la réponse santé internationale et MSF.

« C'est une étape importante pour ce vaccin qui semble très prometteur. Les essais cliniques ont montré qu’il est sûr et très efficace », a ajouté le Dr Seth Berkley. « Le gouvernement de la RDC, aux côtés de l'OMS, MSF et d'autres partenaires, font tout leur possible pour ralentir la propagation du virus Ebola. Nous espérons maintenant que le déploiement du vaccin donnera un nouvel élan à ces efforts et permettra de juguler l’épidémie. »

Plus de 7500 doses de vaccins expérimental, fournis par Merck à titre humanitaire ont été livrées à la RDC par l’OMS. Elles seront utilisées dans les zones touchées du nord-ouest du pays où 46 cas supposés, probables ou confirmés d'Ebola et 26 décès ont déjà été enregistrés.

La méthode de vaccination en anneau - la même que celle utilisée pour éradiquer la variole – sera utilisée. Elle permet de contrôler les épidémies en vaccinant et en suivant toutes les personnes ayant été en contact avec un individu infecté par le virus Ebola ainsi que les contacts des contacts. Cette approche permet d’obtenir des cercles d'individus immunisés qui servent de ‘tampons’ et bloquent la propagation de la maladie.

« Faire parvenir les vaccins à ceux qui en ont besoin représente pour le moins un véritable défi logistique, » a reconnu le Dr Berkley. « Il faut les acheminer à moins 60-80 degrés Celsius, dans l'une des régions les plus reculées de la RDC où il n'y a ni routes goudronnées, ni électricité ni télécommunications. »

En décembre 2016, l'OMS a publié les résultats de l’essai de vaccination en anneau mené en Guinée montrant que le vaccin Ebola (rVSV-ZEBOV) confère une protection substantielle et que son utilisation ne présente pas de danger. Parmi les milliers de personnes qui ont consenti à se faire vacciner dans le cadre de l’essai, aucun cas de maladie à virus Ebola n'est survenu 10 jours ou plus après la vaccination.

Le nouveau vaccin mis au point par Merck a fait l'objet d'essais de phase 3 mais n'a pas encore été enregistré par les autorités réglementaires. En attendant son homologation, Merck qui fabrique le rVSV-ZEBOV, s’est engagé auprès de Gavi à fournir 300 000 doses expérimentales de vaccin en cas d'épidémie. Ce sont ces doses qui seront utilisées en RDC.

Cet accord, un contrat d'achat anticipé (Advance Purchase Commitment) annoncé en janvier 2016 est le premier de ce genre. Il a été conçu pour accélérer le développement du vaccin et garantir la disponibilité de doses expérimentales en attendant l’homologation du vaccin. Gavi a engagé 5 millions de dollars pour acheter le vaccin dès qu’il sera disponible après son homologation. En échange, Merck a accepté de créer un stock d’urgence.

 

Contact médias

James Fulker

James Fulker
Gavi
+41 79 429 5505
+41 22 909 2926

Frédérique Tissandier

Frédérique Tissandier
Gavi, l'Alliance du Vaccin
+41 79 300 8253
+41 22 909 2968

close icon

modal window here