En matière d’éradication de la pneumonie infantile, les chances des couches pauvres et vulnérables sont minces, mais les vaccins peuvent leur donner une chance de se battre.

En 2009, environ 3 400 enfants mouraient chaque jour de la pneumonie. Aujourd’hui, grâce aux investissements réalisés dans le domaine de la prévention et du traitement de la pneumonie (y compris l’introduction et le développement de deux vaccins destinés à prévenir les causes les plus courantes de décès par pneumonie, notamment l’Haemophilus influenzae de type b et le pneumocoque), ce nombre est retombé à 1 000.

Bien que nous ayons fait de grands progrès, nous pouvons et devons faire plus : il se produit toujours des centaines de milliers de décès du fait de la pneumonie chaque année, chose qui ne devrait pas se produire.

Les enfants susceptibles de souffrir de la maladie à plusieurs titres et ceux vivant dans des milieux difficiles à atteindre courent non seulement un risque plus élevé de contracter une pneumonie, mais également un risque plus élevé de complications médicales, voire de décès. Par ailleurs, les enfants les plus vulnérables souffrent généralement de plusieurs pathologies qui, chacune indépendamment, accroissent leur risque de contracter la maladie, un problème appelé « cumul de risques ».

Gavi/2014/Duncan Graham Rowe

Susceptible de souffrir de pneumonie

La probabilité qu’un enfant lutte contre la pneumonie commence bien avant qu’il n’entre en contact avec un agent infectieux – et souvent même avant sa naissance. Les bébés nés prématurément sont confrontés à des problèmes de santé, de croissance et de développement dès leur naissance. Les conséquences de la prématurité subsistent tout au long des premiers mois de vie de l’enfant, jusqu’à la petite enfance, et pour certains, bien au-delà de la petite enfance. Une alimentation difficile, susceptible de limiter la croissance, ainsi que des poumons sous-développés et un système immunitaire affaibli peuvent exposer davantage les prématurés à une pneumonie lorsqu’ils entrent en contact avec des agents pathogènes qui auraient autrement été maîtrisés. Lorsqu’un bébé né prématurément développe une pneumonie, celle-ci est plus susceptible de présenter des complications, voire d’avoir des conséquences mortelles. Il est également important de connaître la raison pour laquelle ces bébés naissent prématurément.

Les mères enceintes vivant avec le VIH sont plus susceptibles de donner naissance à des prématurés avec un faible poids à la naissance que les femmes non séropositives. L’exposition au VIH à la naissance, même si le bébé n’est pas infecté, augmente le risque de contraction d’une pneumonie, ce qui augmente davantage les risques pour ces enfants.

L’état nutritionnel peut également déterminer la capacité d’un enfant à lutter contre l’infection.

Les enfants sous-alimentés sont beaucoup plus susceptibles de souffrir de pneumonie et de mourir des suites d’un épisode de pneumonie, quelle qu’en soit la cause. Dans certains pays à revenu faible ou intermédiaire, plus de la moitié des décès par pneumonie concernent des enfants souffrant de malnutrition. Le fait que d’autres maladies, notamment la diarrhée, contribuent au risque de sous-nutrition et, à leur tour, accroissent le risque de pneumonie complique également les choses. Les enfants qui souffrent de fréquents épisodes de diarrhée sont plus susceptibles de contracter une pneumonie, ce qui permet, encore une fois, de lier le risque de pneumonie d’un enfant à sa situation sociale et à sa condition de vie. La pauvreté en ce sens est le principal facteur de risque de pneumonie.

Risques d’inadéquation des soins pendant une maladie

Nous disposons d’outils très efficaces et abordables pour protéger, prévenir et même traiter la pneumonie, mais il existe de grandes inégalités dans le déploiement et la livraison de ces outils. De nombreuses familles ont de sérieuses difficultés à accéder aux soins et les systèmes de santé de nombreux districts ne sont pas encore en mesure de fournir aux enfants la qualité des soins dont ils ont besoin pour se remettre de leur maladie.

La possibilité d’accéder à des traitements d’importance vitale est influencée de manière disproportionnée par des facteurs tels que la pauvreté, le fait de vivre dans des zones rurales et le faible niveau d’éducation des parents. Dans cinq pays où ont été dénombrés certains des nombres les plus élevés de décès par pneumonie chez les enfants, il y avait 15 à 30 % de chances en moins que des enfants vivant dans des zones rurales reçoivent un traitement contre la pneumonie administré par un fournisseur de soins de santé appropriés par rapport aux enfants vivant dans des zones urbaines. De même, le traitement était de 10 à 38 % moins efficace chez les enfants des  20 % les plus pauvres de la population par rapport aux  20 % les plus riches. Nous constatons également que le coût des soins et des traitements peut constituer un obstacle majeur à l’accès aux soins. Par exemple, le coût d’un traitement contre la pneumonie pour des familles en Gambie peut représenter jusqu’à 10 fois leur budget quotidien, y compris les frais médicaux directs et les coûts indirects tels que les repas et le transport, augmentant davantage les risques pour toute la famille.

En moyenne, une pneumonie grave tue un enfant sur 50 traités à l’hôpital, mais elle en tue un sur sept parmi les enfants n’ayant pas pu bénéficier de soins dans un hôpital. On estime également que près de 40% des enfants souffrant de pneumonie grave ne se font pas soigner à l’hôpital. Un accès insuffisant aux soins et un comportement inadéquat en matière de recherche de soins sont observés dans de nombreux pays, en partie à cause de la situation en milieu rural, des coûts et des facteurs culturels qui empêchent de nombreuses familles de bénéficier de soins hospitaliers d’importance vitale.

Les systèmes de santé inadéquats ont une incidence directe sur la mortalité infantile. Très souvent, les établissements de district ne disposent pas d’oxygène ou d’autres matériels de traitement des enfants souffrant de pneumonie. Les hôpitaux de référence ne sont pas destinés à supporter la charge de la pneumonie contractée dans la communauté qu’ils pourraient être appelés à prendre en charge si les établissements communautaires ne sont pas en mesure de prendre soin de ces enfants. Une visite dans un établissement de santé pour une évaluation de base, notamment un contrôle d’oxymétrie pulsée pour détecter les niveaux d’oxygène et d’antibiotiques nécessaires au traitement d’un cas de pneumonie, est rapidement entravée par une série d’obstacles, faisant des traitements opportuns une réalité encore peu fiable pour un grand nombre. Les familles et les agents de santé communautaires, lorsqu’ils sont disponibles, sont donc obligés de gérer des cas graves – et difficiles à traiter. Dans certains cas, cela signifie qu’une infection évitable et pouvant être traitée peut dégénérer en une situation critique.

Le résultat n’est pas toujours positif non plus, même pour les personnes pouvant bénéficier de soins hospitaliers. Un enfant sur quatre emmenés dans un grand hôpital pédiatrique au Bangladesh s’est vu refuser l’admission à l’hôpital parce que tous les lits étaient occupés, ce qui a entraîné le rejet d’une grande partie des personnes présentant les symptômes d’une pneumonie. Il est stupéfiant de savoir que cette situation se répète dans de nombreux établissements de pays à revenu faible ou intermédiaire dont les systèmes de santé ne permettent pas de fournir les soins nécessaires.

Bien que l’on estime qu’environ 60% des enfants souffrant de pneumonie grave reçoivent des soins hospitaliers, 80% des   décès par pneumonie se produisent en dehors des hôpitaux. Cela met en lumière l’impératif de la prévention de la pneumonie comme stratégie fondamentale – la plupart des enfants qui meurent des suites d’une pneumonie ne bénéficient pas de soins médicaux pour leur maladie. Nous ne pouvons pas entièrement dépendre des médecins pour résoudre le problème que constitue le fardeau de la pneumonie. La vaccination est un outil éprouvé de prévention de nombreux cas de pneumonie – et peut protéger davantage les enfants contre les nombreux risques auxquels ils sont exposés.

De nombreux enfants guérissent rapidement de la pneumonie grâce à un traitement approprié.

Cependant, l’événement peut avoir des conséquences à plus long terme qui rendent cet enfant plus vulnérable face à certaines maladies futures, voire le prédisposer à la mort. Un cercle vicieux s’ensuit, l’enfant devenant de plus en plus vulnérable après chaque maladie à laquelle il a survécu. Par exemple, la pneumonie est liée à une faible croissance et à une insuffisance pondérale. Tout comme la diarrhée est un facteur de risque de pneumonie, la pneumonie est également un facteur de risque de diarrhée, chaque pneumonie contribuant à un cycle apparemment inévitable de dénutrition et d’infection.

Les coûts de traitement peuvent faire sombrer des familles dans la pauvreté et compromettre la stabilité financière. En Éthiopie, la pneumonie est le deuxième plus important facteur d’appauvrissement médical. On estime qu’en 2013, les coûts médicaux directs liés à la pneumonie ont entraîné environ 59 000 cas de pauvreté, soit 1 cas de pneumonie sur 6. De même, une étude réalisée au Bangladesh a révélé que les familles empruntaient de fortes sommes ou se débarrassaient de leurs avoirs pour pouvoir supporter le coût du traitement de la pneumonie de leurs enfants – un impact financier qui affectait toute la famille.

Gavi/2013/Evelyn Hockstein

Appel à l’action

En ce qui concerne les cas de pneumonie évitables par la vaccination, il est possible d'interrompre ce cycle complet (un cycle influencé par des facteurs sociaux, économiques et de santé plus importants, mais exacerbé par un cas de pneumonie) en protégeant les enfants par le biais de la vaccination et en garantissant un accès immédiat à des soins, un suivi et un traitement adéquats. Nous encourageons les décideurs politiques, les donateurs et la communauté sanitaire mondiale à intensifier leur soutien aux programmes de vaccination afin d’atteindre tout particulièrement les communautés touchées de manière disproportionnée par la maladie et par un accès limité aux vaccins. Grâce aux programmes de vaccination, nous pouvons lutter contre les inégalités et œuvrer pour atténuer les risques chez les enfants les plus vulnérables.

Abonnez-vous à notre infolettre