Back to

Du Cameroun –
Récit d’un voyage au plus près de l’élimination de la polio

Mercredi 15 Juillet 2015, le Cameroun a introduit dans son programme de vaccination de routine le vaccin polio inactivé (VPI). Le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) est largement utilisé dans les pays en développement et il  a permis de réduire de 99% les cas de polio dans le monde. Ajouter le VPI aux programmes de vaccination va permettre d’améliorer l’immunité. C’est une étape fondamentale vers l’objectif d’éradication de la poliomyélite à l’échelle mondiale d’ici à 2018.

David Rizzo, responsable de production de vaccins chez Sanofi Pasteur, Marcy l’Etoile (France)

Je
fabrique des vaccins contre la polio depuis 15 ans et je le vis comme
un privilège. Chaque jour, mes collègues et moi (nous sommes plus de 3
500 sur le site Sanofi Pasteur de Marcy l’Etoile) s’appliquons à
produire, contrôler et expédier des millions de doses de nos vaccins,
sûrs et efficaces. Et nous le faisons avec passion parce que nous savons
que ces vaccins vont protéger des enfants du monde entier contre de
redoutables maladies infectieuses.

image

Un enfant attend dans un centre médical de Douala, Cameroun. Photo: Sanofi Pasteur.

Je suis
responsable d’une « zone de culture virale » regroupant une équipe de 12
techniciens. Nous cultivons des virus, qui se multiplient sur des
cellules. C’est une étape essentielle du processus de production du
vaccin polio inactivé (injectable) : le VPI. Cette année, je suis
particulièrement fier de voir ce vaccin – notre vaccin – jouer un rôle
décisif dans le combat final contre la polio. Nous sommes « à ça » de
l’éradication de la polio, comme le dit le Rotary. Bientôt le VPI sera
employé en vaccination de routine dans tous les pays, pour chaque
nouveau-né sur la planète. Avec le vaccin polio oral, le VPO, que mes
collègues du site Sanofi Pasteur de Val de Reuil fabriquent, ce sont les
deux vaccins qui vont permettre d’achever le travail et de faire
définitivement de la polio une maladie du passé.

Il y a quelques
jours, j’ai eu la chance de me rendre au Cameroun pour assister à des
vaccinations sur le terrain. A part pour la vaccination de mes propres
enfants, c’était la première fois que j’en observais de mes propres
yeux. J’ai pu rencontrer ceux pour qui nous travaillons sans relâche,
chaque jour : les professionnels de santé qui vaccinent et les enfants
qui bénéficient de la vaccination.

image

Un enfant reçoit le vaccin polio oral qui sera remplacé à terme par le VPI qui protège également contre la polio. Photo: Sanofi Pasteur.

Avec mon collègue Gabriel
Graff, qui fabrique du VPO sur notre site de Val de Reuil, nous avons
visité plusieurs centres de vaccination et hôpitaux à Yaoundé, Edéa et
Douala, et rencontré des dizaines de personnes. Nous avons même eu le
privilège de vacciner nous-mêmes deux bébés avec le VPO : un grand
moment d’émotion !

L’objectif de cette mission était d’observer,
d’écouter et de comprendre comment se passe la vaccination en Afrique. Je
dois dire que j’ai été rassuré de constater que la population est
pleinement consciente de la nécessité de se vacciner et que les
professionnels de santé sont fortement engagés. Ils font un travail
remarquable. Nous avons interviewé certains d’entre eux pour notre série
« Polio Heroes » sur YouTube.

image

L’équipe de pédiatrie de l’hôpital Notre Dame de l’Amour, Cameroun. Photo: Sanofi Pasteur.

L’autre objective de la mission
était de partager nos émotions et nos constatations avec nos collègues
au sein de Sanofi Pasteur. Nous avons réalisé des vidéos et publié sur
les réseaux sociaux des photos et des posts qui ont provoqué des
réactions enthousiastes de nos collègues. « Votre mission au Cameroun
donne du sens à notre travail quotidien » nous a dit l’un d’entre d’eux.

Je
suis fier et heureux d’avoir eu cette chance. Je n’oublierai pas
l’engagement de toutes les personnes que j’ai rencontrées. Sur mon site
de production, je continuerai à donner le meilleur pour produire et
livrer des vaccins car, aujourd’hui plus que jamais, je sais pourquoi je
le fais.

image

Subscribe to our newsletter