Réflexion sur les rôles complémentaires de la gestion de l'eau et de la vaccination pour éviter les épidémies de choléra qui ont touché la Zambie

Pamela Chisanga, directrice nationale de WaterAid en Zambie

Pamela Chisanga, directrice nationale de WaterAid en Zambie

Dr Francis Dien Mwansa, directeur du PEV au gouvernement zambien

Dr Francis Dien Mwansa, directeur du PEV au gouvernement zambien

À quel point l'épidémie de choléra actuelle en Zambie est-elle grave ?

Pamela Chisanga, WaterAid

La Zambie a souffert d'épidémies de choléra tous les ans au cours des 35 dernières années. Si l'on regarde le coût qu'ont engendré ces épidémies à la Zambie, notamment celle en cours, les sommes sont astronomiques.

Pamela Chisanga

WaterAid

Dr. Francis Mwansa, directeur du PEV

Le choléra et les interventions pour l'éviter sont toujours en cours. Depuis le 6 octobre, date à laquelle l'épidémie a été officiellement déclarée, nous avons eu plus de 5 700 personnes contaminées, et enregistré plus de 120 morts. Même au cours des dernières 24 heures, nous avons signalé 11 nouveaux cas.

Dr. Francis Mwansa

EPI manager

Que faites-vous pour faire cesser l'épidémie ?

Pamela Chisanga

Notre priorité majeure en ce moment est la sensibilisation à l'hygiène, afin que les communautés puissent utiliser de l'eau potable d'une manière qui cesse de transmettre le choléra. Nous travaillons avec le gouvernement à former les professeurs et le personnel médical pour sensibiliser les communautés concernant les bonnes pratiques d'hygiène. Pour nous, il s'agit de la base.

Pamela Chisanga

WaterAid

Dr. Francis Mwansa

Aux autres interventions telles que la gestion de l'eau et des déchets, l'hygiène alimentaire, s'ajoute la vaccination, principalement pour mettre un frein à l'épidémie - et aussi afin de fournir une immunité à moyen terme à autant de personnes que possible dans les zones touchées.

Dr. Francis Mwansa

EPI manager

De quelle façon la campagne actuelle va t-elle stopper les futures épidémies ?

Pamela Chisanga

Si l'on observe les endroits où cette épidémie a démarré, il s'agit d'implantations sauvages mal planifiées. Obtenir des services dans ces zones sera toujours difficile. Nous ne pouvons pas continuer à résoudre le problème du choléra année après année. Nous devons chercher des mesures à long terme afin de donner du répit à ces communautés pour la mise en place d'infrastructures telles que l'assainissement, les réseaux de canalisations, et l'eau courante.

Pamela Chisanga

WaterAid

Dr. Francis Mwansa

La vaccination orale contre le choléra offre un peu de répit pour pouvoir mettre en place des mesures préventives à long-terme : de l'eau propre et potable, la collecte des ordures, des systèmes de gestion des déchets, et l'amélioration de l'hygiène et des pratiques de manipulation des aliments.

Dr. Francis Mwansa

EPI manager

Quels sortes de difficultés rencontrez-vous au sein des communautés locales ?

Pamela Chisanga

Le bidonville de Kanyama à Lusaka compte une population de plus de 134 000 personnes entassées sur une très petite superficie. Il y a peu d'espace pour l'assainissement, avec peut-être 15 foyers se partageant une latrine. Pendant la saison des pluies, la nappe phréatique élevée de Kanyama signifie que les latrines sont constamment pleines. En ce moment, nous avons plus de 10 000 latrines qui ont besoin d'être vidées. Nous avons également besoin d'équipements nous permettant de déboucher les toilettes manuellement, c'est l'enjeu important du moment.

Pamela Chisanga

WaterAid

Dr. Francis Mwansa

La communication est notre plus grand problème. De nombreuses personnes pensent que le choléra a presque disparu et qu'elles n'ont pas besoin du vaccin. Celles qui ont reçu la première dose n'ont probablement pas eu l'information disant qu'il existe une limite après laquelle le vaccin ne les protège plus - jusqu'à ce qu'elles reçoivent la deuxième dose. Cette information n'a pas été transmise à suffisamment de personnes.

Dr. Francis Mwansa

EPI manager

Comment traitez-vous ces difficultés ?

Pamela Chisanga

Cette épidémie de choléra s'est déclarée dans des zones où les infrastructures sont insuffisantes, et nous n'avons pas été en mesure de fournir un soutien pour remplacer ce qui manquait. D'après moi c'est quelque chose que nous devons corriger si nous voulons que tout le monde ait accès à de l'eau potable partout en Zambie. Lorsque l'infrastructure est en place, les communautés doivent être bien équipées pour la gérer.

Pamela Chisanga

WaterAid

Dr. Francis Mwansa

Normalement en Zambie, les campagnes de vaccination ont lieu à un endroit désigné tel qu'une structure de santé, une école ou une église. Peu de personnes se rendant volontairement au séances de vaccination contre le choléra, nous sommes passés au système du porte-à-porte, dans toutes les rues. La plupart de nos bénévoles et de notre personnel participent à cette approche.

Dr. Francis Mwansa

EPI manager

Pourquoi la Zambie présente-t-elle une motion sur le choléra à l'Assemblée mondiale de la Santé à Genève de 2018 ?

Pamela Chisanga

Nous devons trouver un plan d'action qui permette d'éliminer le choléra une bonne fois pour toutes. Pour ce faire, nous devons en faire une priorité, de la même façon que nous avons fait d'une priorité d'autres maladies telles que la tuberculose ou le paludisme.

Pamela Chisanga

WaterAid

Dr. Francis Mwansa

Sponsoriser la motion sur le choléra à l'Assemblée mondiale de la Santé est une source de fierté pour notre pays. Cela souligne l'engagement du gouvernement zambien pour résoudre l'épidémie actuelle de choléra. Que ce soit à travers le soutien de la vaccination, la salubrité de l'eau ou la gestion des déchets, le gouvernement vise un énorme enjeu en luttant contre le choléra.

Dr. Francis Mwansa

EPI manager

La plus grande campagne de vaccination contre le choléra de l'histoire

Avec une vague d'épidémies de choléra qui s'étend à travers l'Afrique début 2018, la Zambie est l'un des 5 pays participant à la plus grande campagne de vaccination contre le choléra de l'Histoire.

D'ici à la mi-juin, il est prévu que plus de 2 millions de personnes au Malawi, au Nigeria, au Sud-Soudan, en Ouganda et en Zambie reçoivent les deux doses recommandées de vaccin oral contre le choléra (OCV).

Les vaccins, financés par Gavi,  proviennent du stock mondial de vaccin contre le choléra.

  • Le Nigéria
    1,2 million de doses de vaccins oraux contre le choléra vont protéger environ 600 000 personnes afin de maîtriser une épidémie de choléra naissante dans l'État de Bauchi.
  • Le Malawi
    Un million de doses de vaccins oraux contre le choléra vont protéger plus de 500 000 personnes à Lilongwe.
  • L'Ouganda
    360 000 doses de vaccins oraux contre le choléra ont été expédiées en Ouganda afin de protéger 360 000 personnes dans la municipalité de Hoima, dans l'Ouest de l'Ouganda.
  • La Zambie
    667 100 doses de vaccins oraux contre le choléra sont livrées dans le cadre du second tour de vaccination dans les quartiers pauvres de Lusaka, après qu'une épidémie majeure a contaminé plus de 5 700 personnes.
  • Le Sud-Soudan
    113 800 doses de vaccins oraux contre le choléra ont été expédiées en mesure préventive avant la saison des pluies, dans le pays déchiré par la guerre.

Avec une vague d'épidémies de choléra qui s'étend à travers l'Afrique début 2018, la Zambie est l'un des 5 pays participant à la plus grande campagne de vaccination contre le choléra de l'Histoire.

D'ici à la mi-juin, il est prévu que plus de 2 millions de personnes au Malawi, au Nigeria, au Sud-Soudan, en Ouganda et en Zambie reçoivent les deux doses recommandées de vaccin oral contre le choléra (OCV).

Les vaccins, financés par Gavi,  proviennent du stock mondial de vaccin contre le choléra.

  • Le Nigéria
    1,2 million de doses de vaccins oraux contre le choléra vont protéger environ 600 000 personnes afin de maîtriser une épidémie de choléra naissante dans l'État de Bauchi.
  • Le Malawi
    Un million de doses de vaccins oraux contre le choléra vont protéger plus de 500 000 personnes à Lilongwe.
  • L'Ouganda
    360 000 doses de vaccins oraux contre le choléra ont été expédiées en Ouganda afin de protéger 360 000 personnes dans la municipalité de Hoima, dans l'Ouest de l'Ouganda.
  • La Zambie
    667 100 doses de vaccins oraux contre le choléra sont livrées dans le cadre du second tour de vaccination dans les quartiers pauvres de Lusaka, après qu'une épidémie majeure a contaminé plus de 5 700 personnes.
  • Le Sud-Soudan
    113 800 doses de vaccins oraux contre le choléra ont été expédiées en mesure préventive avant la saison des pluies, dans le pays déchiré par la guerre.

Abonnez-vous à notre infolettre