Aider les pays tout au long des différentes phases de transition...

Fin 2019, 16 pays avaient atteint le stade de l’autofinancement intégral de leurs vaccins. Tous réussissent à maintenir et à financer leurs programmes de vaccination. Le nombre de pays qui cessent de bénéficier de notre soutien continue d’augmenter. Nous leur donnons les moyens de financer et de gérer durablement leurs programmes de vaccination. Nous les aidons à développer leurs capacités institutionnelles et à renforcer leurs systèmes de santé et de vaccination, ce qui leur permet de maintenir une bonne couverture vaccinale quand, après avoir achevé leur transition, ils doivent financer eux-mêmes leurs vaccins.

Le passage du soutien de Gavi à l’autofinancement représente un défi, mais c’est un défi que la plupart des pays ont su relever avec succès, en maintenant des taux de couverture vaccinale élevés et des financements solides. Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec les pays pour lesquels cette transition est difficile et nous aidons les autres pays à tirer les enseignements de cette expérience. Le maintien des taux de couverture vaccinale et l’introduction de nouveaux vaccins dans les programmes de routine nécessitent des investissements publics ainsi qu’un engagement politique permanent au plus haut niveau. L’Alliance du Vaccin adapte sa stratégie en fonction de la situation et des besoins de chaque pays. Ainsi, le Conseil d’administration a approuvé des stratégies de transition particulières, revues spécialement pour aider deux pays, le Nigéria et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, confrontés à des contraintes particulières et des défis de taille pour achever leur transition.
 

Polio vaccine administered to children in Lae, Morobe province, Papua New Guinea. Gavi/2018/AAPIMAGE-Brendan Esposito
Vaccination des enfants contre la poliomyélite à Lae, dans la province de Morobe, en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Gavi/2018/AAPIMAGE-Brendan Esposito

Autre exemple, la stratégie 2018–2028 conçue pour aider le Nigéria à réussir sa transition a été axée sur la sécurisation et la pérennisation du financement des vaccins, de la vaccination et des soins de santé primaire.

Cela fait suite à l’engagement pris par le Conseil d’administration de Gavi en 2018 de fournir au Nigéria une aide de plus d’un milliard de dollars US (incluant le renforcement du système de santé au niveau des États) et de prolonger la durée de la phase de transition accélérée du pays jusqu’en 2028, compte tenu des problèmes majeurs auxquels il est confronté. En retour, le gouvernement du Nigéria, conformément à l’accord tripartite historique sur le cadre de responsabilisation qu’il a signé avec le secrétariat de Gavi et ses partenaires techniques, s’est engagé à investir au moins 2 milliards de dollars US au cours de la même période, en augmentant considérablement.

Ermera Community Health Centre, Timor-Leste – a country that has transitioned out of Gavi support. Gavi/2016/Antti Helin
Centre de santé communautaire d’Ermera, au Timor-Leste, pays qui a cessé de bénéficier du soutien de Gavi.
Gavi/2016/Antti Helin

Le Nigéria a augmenté sa couverture vaccinale qui est passée de 53 % pour les trois doses de vaccin DTC (DTC3) en 2016 à 57 %a en 2019, grâce aux efforts conduits par l’Agence nationale de développement des soins de santé primaires (NPHCDA, pour National Primary Health Care Development Agency). Parallèlement, le gouvernement a financé plus de la moitié (soit 57 %) des vaccins dont le pays avait besoin, satisfaisant ainsi aux termes du cadre de responsabilisation, et ceci malgré la volatilité des prix du pétrole qui continue à affecter la croissance du Nigéria.

... et après la transition

À ce jour, les pays qui ont cessé de bénéficier du soutien de Gavi ont pour la plupart maintenu les performances de leurs programmes de vaccination. Sur les 15 pays qui ont achevé leur transition il y a plus d’un anb, huit ont réussi à maintenir leur niveau de couverture vaccinale avec le DTC3 au-dessus de 90 %. Quant aux sept pays restants, tous sauf deux ont maintenu ou amélioré leur niveau de couverture depuis la fin de la transitionc.

Mais certains pays qui ne sont plus éligibles au soutien de Gavi peuvent néanmoins présenter des faiblesses particulières au niveau de leurs capacités institutionnelles. Pour cette raison, nous continuons à les aider après la transition, de façon à assurer le maintien de taux de couverture vaccinale élevés. Nous leur apportons notre concours dans des domaines tels que la chaîne d’approvisionnement, le leadership, la gestion et la coordination, et nous facilitons l’introduction de nouveaux vaccins par une aide technique ciblée et le renforcement des capacités. Ce soutien est personnalisé, limité dans le temps et catalytique.

Gavi finance aussi des initiatives à l’échelle régionale et mondiale pour aider les pays après leur transition, par exemple en formant des journalistes en Amérique et en Europe pour garantir la publication d’informations exactes et factuelles sur la vaccination dans les médias. Les pays qui ne bénéficient plus de l’aide de Gavi ont également accès à une plateforme d’apprentissage entre pairs qui leur permet de partager leur expérience et d’appliquer les meilleures pratiques. Ils peuvent aussi prétendre à un soutien pour le renforcement de leurs capacités en matière de financement de la santé, soutien fourni en collaboration avec le Fonds mondial et la Banque mondiale.

Dans le cadre de Gavi 5.0 (couvrant la période stratégique 2021–2025), il est prévu d’instituer une stratégie applicable à l’ensemble de l’Alliance et visant à aider les pays à maintenir et améliorer leurs performances après la transition.



Découvrez comment Gavi a favorisé un accès équitable à la vaccination et amélioré la couverture vaccinale en lisant notre Rapport Annuel 2019 

Download the Gavi progress report 2019

TOPICS: Rapport AnnuelArticles régionaux

Abonnez-vous à notre infolettre