Réflexions du Dr Seth Berkley sur l’année 2021 et l'impératif mondial pour 2022

L’année 2021 a encore été une année difficile avec la pandémie, mais malgré toutes les difficultés, des étapes importantes ont été franchies. Les pays soutenus par Gavi ont fait preuve d’une résilience extraordinaire et des progrès ont été accomplis sur un certain nombre de fronts. Dans sa lettre de fin d'année, le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de Gavi, parle de COVAX, de la vaccination systématique et de la lutte mondiale contre les inégalités en matière de vaccination.

RS39298_GAVI-Malaria-Vaccine-KE--127_h2.jpg
Des mères tiennent leurs enfants à l'hôpital du comté de Malava, à Kakamega, au Kenya. – Gavi/2021/White Rhino Films - Lameck Orina
 

 

Chers amis et partenaires,

L'année écoulée a encore été difficile avec la pandémie, le bilan officiel dépassant les cinq millions de morts causés par la COVID-19 dans le monde – ce qui représente autant de pertes et de drames inimaginables, d'autant plus que le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé. Dans ces circonstances, les partenaires de l'Alliance du Vaccin ont joué un rôle considérable, en distribuant des vaccins contre la COVID-19 dans le monde entier, tout en cherchant à maintenir, restaurer et renforcer la vaccination ainsi que les autres services de santé essentiels, et ceci dans des conditions particulièrement éprouvantes.

Vaccination contre la COVID-19, RDC. Crédit: Gavi/2021/STARRY
Vaccination contre la COVID-19, RDC.
Crédit: Gavi/2021/STARRY

Nous avons obtenu des succès dans plusieurs domaines. Tout d’abord une première mondiale : un vaccin contre le paludisme, dont le développement a pris près de 35 ans, va être déployé en Afrique subsaharienne grâce au programme de vaccination qui vient d’être approuvé par le Conseil d’administration de Gavi. Il devrait permettre de sauver des dizaines de milliers de vies chaque année. Par ailleurs, les premières doses du vaccin homologué contre le virus Ebola ont été expédiées à partir du stock d'urgence mondial de 500 000 doses financé par Gavi. Enfin, COVAX –partenariat entre la CEPI, Gavi, l'OMS et l'UNICEF –a alloué au programme plus de 1,4 milliard de doses de vaccin contre la COVID-19, et distribué près de 793 millions de doses à 144 économies à travers le monde.

Nous avons également commencé la nouvelle année en accueillant José Manuel Barroso en tant que Président du Conseil d'administration de Gavi. Ses compétences et sa passion se sont révélées extrêmement précieuses quand le Conseil a dû prendre des décisions difficiles et renforcer l’appel en faveur de l’égalité en matière de vaccination auprès de nouveaux publics.

Alors que l'année touche à sa fin, j'ai le plaisir de partager ces quelques réflexions et de vous présenter les points forts de cette période extraordinairement chargée.

José Manuel Barroso, Président du Conseil d'administration de Gavi, Anuradha Gupta, Directrice exécutive adjointe, Seth Berkley, Directeur exécutif, Suisse. Crédit: Gavi/2021/Jacques-Schmitz
José Manuel Barroso, Président du Conseil d'administration de Gavi, Anuradha Gupta, Directrice exécutive adjointe, Seth Berkley, Directeur exécutif, Suisse.
Crédit: Gavi/2021/Jacques-Schmitz

COVAX : bilan de l'année 2021

Nous avons vécu une première historique le 16 janvier, avec l’administration des premières doses de vaccin fournies par COVAX dans un pays adhérant à la garantie de marché AMC COVAX de Gavi, et ceci seulement 39 jours après l’administration de la toute première dose de vaccin contre la COVID-19 dans un pays à revenu élevé. Et 44 jours plus tard, les premières doses expédiées par COVAX ont été administrées en Afrique – moins d'un an après la déclaration de pandémie. Mais suite à ces étapes importantes, COVAX a dû faire face à de grandes difficultés d'approvisionnement. Cela a entraîné de graves inégalités entre pays à faible revenu et pays à revenu élevé, inégalités qui, malheureusement, persistent encore.

Nous avons parfois été confrontés à des obstacles qui semblaient initialement insurmontables. Mais, COVAX fonctionne désormais à plein régime. Avec l’objectif de fournir 950 millions de doses aux économies à faible revenu, et de constituer un stock tampon d’une centaine de millions de doses à usage humanitaire, nous avons alloué à ce jour plus de 1,2 milliard de doses à l'AMC COVAX de Gavi. Rien que la semaine dernière, COVAX a expédié près de 80 millions de doses, ce qui constitue un record. Et d'ici la fin de l'année, plus de 800 millions de doses auront été livrées dans les différents pays, dont la moitié grâce à des dons.

Session de vaccination contre la COVID-19, RDC. Crédit: Gavi/2021/STARRY
Session de vaccination contre la COVID-19, RDC.
Crédit: Gavi/2021/STARRY

Cette bonne performance en fin d'année signifie que plus de la moitié des participants à l'AMC COVAX de Gavi ont pu administrer au moins une dose de vaccin à 20 % de leur population, objectif premier de l'AMC COVAX de Gavi au début de cette année, qui n’a néanmoins toujours pas été atteint. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires pour résoudre les problèmes liés à la demande. Pour accélérer le rythme de la vaccination contre la COVID-19, nous finançons une assistance technique et des équipements de chaîne du froid à très basse température. Par ailleurs, nous avons financé plus de 400 emplois locaux à durée déterminée pour l'UNICEF et l'OMS, et aidons les 20 à 25 pays à faible capacité d'absorption à renforcer leurs systèmes de distribution et d’administration des vaccins. Au début de l’année 2022, COVAX a également signé de nouveaux contrats, ce qui porte à 2,8 milliards le nombre de doses commandées à ce jour.

Les livraisons de vaccins à partir du stock tampon à usage humanitaire de COVAX ont débuté en novembre, ce qui constitue une première étape pour garantir l'accès aux vaccins contre la COVID-19 aux quelque 167 millions de personnes qui risquent d'être exclues des plans nationaux de vaccination. En effet, il n’est pas possible de sortir de la pandémie si l’on ne vaccine pas les communautés marginalisées et les populations en situation de crise humanitaire.

Vaccination contre la COVID-19, Mongolie. Crédit: Gavi/2021/Khasar Sandag
Vaccination contre la COVID-19, Mongolie
Crédit: Gavi/2021/Khasar Sandag

Rien de tout ce qu’a fait COVAX n'aurait été possible sans le soutien de nos donateurs. En avril 2021, nous avons annoncé le lancement de l'opportunité d'investissement dans l'AMC COVAX de Gavi à l’occasion d'un événement organisé aux États-Unis, ce qui a largement contribué au succès du Sommet virtuel de l'AMC COVAX de Gavi, organisé de manière virtuelle en juin par le Japon : l’ensemble des promesses de dons de la part des gouvernements, du secteur privé et des fondations a dépassé les dix milliards de dollars US. Ces partenariats constituent un témoignage éclatant de la solidarité et de la confiance envers l'AMC COVAX de Gavi, outre les quelque 900 millions de doses correspondant à des promesses de dons fermes pour 2021–2022.

Comme les livraisons de vaccins vont pouvoir augmenter en 2022, Gavi et COVAX sont prêts à aider les pays à accroître le rythme d’administration des doses, ce qui leur permettra d’améliorer la couverture vaccinale et d'atteindre leurs objectifs. Il leur faudra toutefois garder une certaine flexibilité pour pouvoir s’adapter à l’évolution de l'épidémiologie du virus.

Rajasthan, Inde. Crédit: Gavi/2021/Benedikt v.Loebell
Rajasthan, Inde.
Crédit: Gavi/2021/Benedikt v.Loebell

Programmes fondamentaux de Gavi : bilan de l'année 2021

Il faut reconnaître que les pays ont réussi à protéger leurs programmes de vaccination avec une résilience extraordinaire, alors qu’ils étaient confrontés à une pandémie mondiale. Malgré les prévisions selon lesquelles la couverture vaccinale allait chuter de quatorze points de pourcentage au niveau mondial en 2020, notre analyse des données publiées par l'OMS et l’UNICEF en juillet 2021 n'a révélé qu'une baisse de quatre points de pourcentage de la couverture des vaccins essentiels dans les 68 pays soutenus par Gavi. Après une forte chute entre mars et mai 2020, les taux de vaccination ont fortement rebondi, grâce aux efforts des pays et des organisations internationales.

Cette baisse de 4 % signifie toutefois que des millions d'enfants n’ont pas eu accès à des vaccins essentiels à cause de la pandémie. Alors qu’il était en diminution depuis des dizaines d’années, le nombre d'enfants "zéro dose" qui n’ont bénéficié d’aucune vaccination est passé de 10,6 millions en 2019 à 13,7 millions en 2020, ce qui rend encore plus pressant l'objectif de Gavi : localiser ces enfants et aller à eux pour les vacciner. Alors que les systèmes de santé sont sous pression en raison de la COVID-19, il est indispensable de maintenir, rétablir et renforcer la vaccination systématique pour réduire les risques d'épidémies concomitantes, prévenir de nouvelles pandémies et s’y préparer.

Le Conseil d'administration de Gavi qui s’est tenu au début du mois a vécu un moment historique quand il a accordé un financement sur la période 2022–2025, pour le déploiement en Afrique subsaharienne du premier vaccin au monde contre le paludisme. Il s'agit d'une étape majeure qu’il convient de célébrer. Le vaccin RTS,S, qui vient s’ajouter à l’arsenal d’interventions disponibles contre le paludisme, devrait, selon les estimations, permettre de sauver la vie d’un enfant vacciné sur 200 – ce qui correspond à des dizaines de milliers de vies sauvées chaque année en Afrique.

L’année 2021 correspond aussi à la mise en application de la nouvelle politique de Gavi en matière de genre. Elle a pour objectif d’identifier et d’aider à lever les obstacles liés au genre, de façon à pouvoir offrir aux enfants zéro dose et aux communautés marginalisées la gamme complète des vaccins disponibles. Nous sommes ravis de constater la place attribuée à Gavi par le Global Health 50/50, parmi les premiers 5 % des 201 organisations de santé mondiale dans son rapport 2021 des politiques et pratiques liées au genre.

Programme pilote du vaccin RTS, S contre le paludisme, Kenya. Crédit: Gavi/2021/White Rhino Films-Lameck Orina
Programme pilote du vaccin RTS, S contre le paludisme, Kenya.
Crédit: Gavi/2021/White Rhino Films-Lameck Orina

Alors que nous abordons une troisième année de cohabitation avec la COVID-19, nous commençons seulement à voir ce que peut donner dans le temps une réponse multilatérale concertée à une pandémie mondiale et à savoir comment maintenir les systèmes de vaccination systématique dans ces circonstances particulièrement difficiles. Nous devons mener une course contre la montre pour vacciner toute la population contre la COVID-19 avant l’émergence de variants hautement transmissibles et plus dangereux. Nous mettons également en place les systèmes qui nous permettront de faire face à l’évolution certaine qui pourrait conduire à une nouvelle pandémie. Nous plaidons pour « un monde protégé ». Il ne s’agit pas d’un simple slogan ; c'est un impératif universel. Nous devons nous appuyer sur les succès obtenus et tirer les enseignements de l’année révolue pour faire de 2022 l'année qui verra le monde s'unir pour en finir définitivement avec les inégalités en matière de vaccination. Pour changer le cours de la pandémie, il faut pouvoir atteindre tout un chacun, en tout lieu. Vous l’avez sans doute déjà entendu cent fois, mais c’est le plus grand défi de notre temps : personne ne sera en sécurité tant que tout le monde ne le sera pas.

Je vous remercie pour votre travail et votre soutien. Je vous souhaite de belles fêtes de fin d'année, sereines et vivifiantes, auprès de ceux qui vous sont chers.

Dr Seth Berkley

Directeur exécutif de Gavi, l'Alliance du Vaccin