Certaines perturbations peuvent survenir en raison de mises à jour essentielles du site Web entre 07h00 et 07h15 CET le 19 Juillet 2024.

Au Burkina Faso, Parsyl garde les vaccins au frais et les maladies à distance

Dans le district sanitaire de Bogodogo à Ouagadougou, la technologie Parsyl a révolutionné les conditions de transport et de conservation des vaccins dans les centres de santé, comme constaté au Centre médical urbain (CMU) du secteur 51.

  • 15 juin 2023
  • 9 min de lecture
  • par Abdel Aziz Nabaloum
Au CMU du secteur 51 de Ouagadougou, la solution Parsyl permet de conserver les vaccins dans des conditions optimales. Crédit : Abdel Aziz Nabaloum
Au CMU du secteur 51 de Ouagadougou, la solution Parsyl permet de conserver les vaccins dans des conditions optimales. Crédit : Abdel Aziz Nabaloum
 

 

Suivre la chaîne d'approvisionnement des vaccins de A à Z

En ce 14 juin 2023, il est 10 heures 20 au CMU du secteur 51 de Ouagadougou. Clarisse Bonkoungou, responsable du Programme élargi de vaccination (PEV), entre dans la salle de conservation des vaccins. Avant de préparer les vaccins de routine pour les administrer à une centaine d'enfants accompagnés de leur mère, elle vérifie méticuleusement si les vaccins ont été conservés à la bonne température. Elle sort son téléphone portable et ouvre l'application Parsyl. Approchant le réfrigérateur estampillé Parsyl, elle scanne le code QR présent sur l'autocollant Parsyl. L'application affiche : 3,7 degrés.

La température est adéquate. Les vaccins ont été conservés dans les conditions requises et peuvent être administrés aux enfants en toute sécurité.

Depuis 2022, le CMU du secteur 51 a adopté la technologie Parsyl. Comment fonctionne-t-elle ? Parsyl est un dispositif de conservation et de transport des vaccins qui comprend le Parsyl Trek Pro, un enregistreur de données sans fil installé à l'intérieur du réfrigérateur pour surveiller la température, l'humidité et la lumière affectant les vaccins. Sa petite taille et sa longue durée de vie (trois ans) en font un outil idéal pour obtenir une visibilité sur les produits sensibles, de leur origine à leur destination, aussi bien pendant le transport que pendant le stockage.

« Grâce à cette technologie, 17 types de vaccins sont conservés efficacement dans notre centre de santé, et ce sont ces vaccins fiables qui sont administrés aux enfants. »

Le Parsyl Passport, quant à lui, est positionné à l'extérieur du réfrigérateur et automatise le transfert de données à partir des dispositifs Parsyl Trek dans toute l'installation. Lorsqu'un dispositif Trek est à portée, les données sont transférées de manière transparente vers la plateforme Parsyl. Le Passport peut être posé horizontalement sur un bureau, fixé au mur à l'aide des fentes à l'arrière ou fixé avec du ruban adhésif.

L'application mobile Parsyl détecte automatiquement le Passport et se connecte aux dispositifs Trek associés au même compte. Elle indique quels capteurs ont émis des alertes et la durée pendant laquelle le dispositif a été exposé à des conditions environnementales non souhaitées. Les données des dispositifs Parsyl sont téléchargées automatiquement sur la plateforme de données Parsyl, où elles sont agrégées et analysées pour identifier les tendances et fournir des informations.

Appli Parsyl
L’application mobile Parsyl permet de connaitre la température des vaccins à tout moment.
Crédit : Abdel Aziz Nabaloum

« Nos températures sont maintenues entre 2 et 8 degrés. Une température adéquate garantit des vaccins de qualité. Lorsque les températures ne sont pas correctes, le dispositif Parsyl émet une alerte, qui est également relayée à la Direction de la prévention par la vaccination (DPV), signalant les problèmes rencontrés par un réfrigérateur dans un centre de santé spécifique. Nous sommes donc alertés lorsque votre réfrigérateur rencontre des difficultés », explique Daouda Ouattara, chargé de la vaccination au district sanitaire de Bogodogo.

Il ajoute : « Auparavant, nous avions des moniteurs où nous devions ouvrir l'appareil pour obtenir les données. Avec le dispositif Parsyl, nous avons des températures correctes et, contrairement aux autres appareils, il permet de transmettre les informations à la DPV à des intervalles réguliers, pour déterminer si les vaccins peuvent être utilisés ou non ».

« Notre solution permet de suivre la chaîne d'approvisionnement des vaccins de A à Z, du stockage jusqu’au long des transports entre les différents maillons de la chaîne d'approvisionnement », explique Souleymane Sawadogo, responsable de la Santé Mondiale chez Parsyl. « Au niveau central, lorsque les vaccins importés sont réceptionnés à l'aéroport et livrés au dépôt central, des capteurs sont utilisés dans les chambres froides et dans tous les dépôts centraux. De même, pendant le transport des vaccins du niveau central vers les niveaux régionaux, les chauffeurs et les employés utilisent ces capteurs dans leurs camions pour garantir un suivi optimal. Les dépôts régionaux sont également équipés de ces capteurs dans leurs congélateurs et chambres froides. Le transfert des vaccins du niveau régional vers les 72 districts utilise également ces capteurs pour suivre les vaccins », explique-t-il.

« Les congélateurs et réfrigérateurs dans les districts, les centres de santé et les sites de vaccination sont tous équipés de ces capteurs. Même lors du transport des vaccins lors des stratégies avancées, ces capteurs sont utilisés dans les glacières. Ainsi, une visibilité complète est assurée du stockage au transport à toutes les étapes de la chaîne d'approvisionnement. »

Une révolution pour la vaccination au Burkina Faso

Selon Clarisse Bonkoungou, responsable du PEV, cette technologie a révolutionné le transport, la conservation et la qualité des vaccins. «Auparavant, lorsque nous ouvrions le réfrigérateur pour vérifier la température, de l'air pénétrait à l'intérieur et réchauffait les vaccins. Cela pouvait altérer leur température. Cette technologie est la bienvenue », confie-t-elle. « Cette technologie a sauvé de nombreux enfants."

Avant son utilisation au CMU, « nous avons expliqué aux mères et aux futures mères que nous disposons désormais d'un appareil permettant de contrôler la fiabilité des vaccins. Si un vaccin n'est pas bon, nous ne l'administrerons pas ». Cela a permis d'enregistrer un nombre record de 200 à 300 enfants vaccinés chaque jour. « Les mères savent que lorsqu’elles viennent dans notre centre de santé, les vaccins sont disponibles et fiables », se réjouit la responsable du PEV.

Depuis octobre 2022, cette technologie américaine est utilisée au CMU du secteur 51 pour garantir l'efficacité de la conservation et du transport de tous les vaccins de routine. « Depuis sa mise en œuvre, la satisfaction est totale, car elle permet de vérifier l'efficacité des vaccins. Grâce à cette technologie, 17 types de vaccins sont conservés efficacement dans notre centre de santé, et ce sont ces vaccins fiables qui sont administrés aux enfants », confirme Jonas Kiema, le coordinateur des soins du CMU du secteur 51.

Isabelle Bonkoungou, agent de santé itinérante au bureau PEV du CMU du secteur 51, est chargée d'assister la responsable dans la commande des vaccins, les stratégies avancées de vaccination et l'enregistrement des vaccins. Selon elle, cette technologie a considérablement amélioré les conditions de transport des vaccins depuis leur centre de formation jusqu'aux zones de vaccination. « Auparavant, le transport des vaccins ne se faisait pas toujours dans de bonnes conditions en l'absence de cette technologie. Mais aujourd'hui, lorsque nous plaçons les appareils dans les porte-vaccins, ils nous permettent de contrôler précisément la température et de prendre soin des enfants », confirme-t-elle.

De plus, dans le cadre des stratégies fixes ou avancées de vaccination, la technologie a changé la perception des populations à l'égard des campagnes de vaccination. « De nombreux parents curieux nous demandent à quoi servent ces outils dans nos porte-vaccins. Nous leur expliquons les avantages, et ce sont eux-mêmes qui sensibilisent les autres parents à venir faire vacciner leurs enfants dès notre arrivée. Les populations adhèrent beaucoup à la vaccination car nous avons éradiqué de nombreuses maladies. Elles ont bien compris les bienfaits de la vaccination », témoigne Isabelle Bonkoungou.

C'est le cas de Nafissatou Diallo. Son fils, Angel, à son bras, elle se réjouit qu’il bénéficie de bons vaccins au CMU. « Depuis que je vaccine mon enfant dans ce centre de santé depuis 8 ans, il est toujours en bonne santé », se félicite-t-elle.

Nafissatou Diallo et son fils, Angel.
Crédit : Abdel Aziz Nabaloum

La solution Parsyl est faite pour être utilisée partout, pour atteindre même les zones les plus éloignées et isolées. C’est cela qui distingue Parsyl, selon Souleymane Sawadogo. « Notre solution repose sur une application mobile pour téléphone Android. Il n'est pas nécessaire que tout le monde dispose du dernier modèle de téléphone Android, car notre dispositif est extrêmement intuitif. Il est équipé de voyants lumineux qui indiquent s'il y a un problème ou non. Par exemple, si vous placez le dispositif dans un réfrigérateur d'une zone où il n'y a pas d'accès à l'électricité ou de connectivité réseau, les voyants lumineux suffisent à signaler qu'il y a un problème, permettant ainsi de prendre les décisions appropriées pour assurer une conservation optimale des vaccins. »

« Grâce à la technologie Bluetooth, notre dispositif n'a pas besoin d'une connexion cellulaire, ce qui constitue un avantage considérable. »

« Cependant, dès que votre téléphone détecte une connexion cellulaire (que ce soit un jour, dix jours ou vingt jours plus tard), les données sont automatiquement téléchargées. Par exemple, dans les centres de santé, il est fréquent que les superviseurs se rendent chaque mois dans les zones de santé. Il leur suffit de se rendre dans chaque centre de santé, se connecter via Bluetooth pour vérifier les conditions. Une fois de retour, toutes les données sont mises à jour et aucune donnée n'est perdue. »

Toutes les données enregistrées dans le dispositif sont disponibles pendant une durée de plus de 3 ans, garantissant ainsi une visibilité complète sur toute la période. « Notre objectif est de proposer une solution optimale, facile à utiliser, jusqu'au dernier kilomètre. C'est là que réside notre vision. »

Un effort remarquable du Burkina Faso

Comme au CMU du secteur 51, l'utilisation de la technologie Parsyl est également positive dans le district sanitaire de Bogodogo et dans tout le Burkina, affirme Boukaré Ouédraogo, logisticien de santé à la DPV. Selon lui, « nous sommes sûrs que dès que les vaccins quittent le niveau central, ils arrivent dans les régions, les districts et les établissements de santé en bon état et bien conservés dans la plage de température recommandée ».

Il ajoute : « Plus de 10 millions de doses de vaccins par an depuis 2019 sont surveillées par le dispositif Parsyl ».

Pour garantir l'efficacité des vaccins grâce à la technologie Parsyl, M. Ouédraogo indique que trois agents de santé ont été formés à l'utilisation de la technologie dans chaque district sanitaire du pays. « Après cette formation, le pays a sollicité le soutien de Gavi, qui a répondu favorablement », se réjouit-il.

Ce soutien de Gavi, précise M. Ouédraogo, a permis l'acquisition et l'installation du dispositif Parsyl dans 200 établissements de santé sur les 2 242 que compte le Burkina. « Il reste encore de nombreux établissements de santé qui ne bénéficient pas de cette technologie. Nous lançons un appel aux partenaires, notamment à Gavi, pour étendre cette technologie à l'échelle nationale. Les retours sur le dispositif Parsyl sont positifs sur le terrain », indique Boukaré Ouédraogo.

Pour Souleymane Sawadogo, les efforts que le Burkina Faso a mis en œuvre pour déployer la solution Parsyl est tout simplement remarquable. « Le Burkina est vraiment à féliciter, et je ne dis pas cela juste parce que je suis burkinabé », rit-il. « Avec une grande partie du territoire classée comme zone d’insécurité, le Burkina a tout mis en œuvre pour mettre en place cette solution partout dans le pays. Mais ce qui est intéressant, c'est que les agents de santé de ces districts ont demandé à recevoir les dispositifs pour les installer eux-mêmes, car ils ne voulaient pas être exclus. Malgré les difficultés rencontrées sur le terrain, ils ont tout fait pour mettre en place cette solution. »

« C'est une fierté pour moi. »