Certaines perturbations peuvent survenir en raison de mises à jour essentielles du site Web entre 07h00 et 07h15 CET le 19 Juillet 2024.

Le Mozambique élabore un plan ambitieux pour atteindre plus de 750 000 enfants non immunisés en 2024

Un cocktail de catastrophes, de la COVID-19 au cyclone Freddy, a entraîné une augmentation précipitée du nombre d'enfants non immunisés au Mozambique. Ce mois-ci, le pays a lancé un nouveau plan pour inverser la tendance.

  • 21 décembre 2023
  • 4 min de lecture
  • par Collins Mwai
Une mère et son enfant lors d'une session de sensibilisation à la santé communautaire dans une zone rurale au nord-ouest de Maputo. Crédit : Gavi/2020/Svetlomir Slavchev
Une mère et son enfant lors d'une session de sensibilisation à la santé communautaire dans une zone rurale au nord-ouest de Maputo. Crédit : Gavi/2020/Svetlomir Slavchev
 

 

Le nombre d'enfants non immunisés au Mozambique est passé à 750 000 contre environ 97 000 en 2019, conséquence d'un cocktail de catastrophes, dont la COVID-19, le cyclone Freddy et des épidémies de choléra, de polio et de rougeole. Mais plus tôt ce mois-ci, le ministère de la Santé du pays a dévoilé un grand plan pour les atteindre tous avec des vaccins salvateurs.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à la suite de la visite de haut niveau de l'Alliance Gavi au Mozambique en décembre, le ministre de la Santé, le Dr Armindo Daniel Tiago, a détaillé une nouvelle feuille de route complète résultant des discussions approfondies et des sessions techniques des jours précédents.

"Les engagements ne peuvent pas être réalisés sans l'engagement de tous. Nous appelons donc Gavi à garantir d'aider le pays à accéder à de nouveaux vaccins, notamment le vaccin antipaludique, le vaccin anticholérique, le vaccin contre l'hépatite B à la naissance, le vaccin hexavalent, le vaccin antityphoïdique, entre autres justifications pour leur introduction dans le pays, en tenant compte de notre profil épidémiologique."

– Dr Armindo Daniel Tiago, Ministre de la Santé

Au cœur de la stratégie se trouve l'exécution de trois cycles de campagnes périodiques d'intensification de la vaccination de routine (PIRI) – comprenant des activités ciblées spécialement limitées dans le temps – pour atteindre les 750 000 enfants dits "zéro-dose".

"Nous reconnaissons l'importance de notre partenariat avec Gavi et restons engagés à mettre en œuvre rapidement le plan de relance pour les enfants zéro-dose", a souligné le ministre. Le plan vise non seulement à accélérer la vaccination, mais aussi à servir de modèle exemplaire pour d'autres nations confrontées à des défis similaires, a-t-il ajouté.

Depuis 2022, le Mozambique se trouve sur une liste peu enviable : les dix pays dans le monde qui abritent le plus grand nombre d'enfants non immunisés. L'objectif du plan actuel est, en partie, de changer cela.

Les premières doses du plan de relance devraient arriver dans le pays avant la fin de 2023, le déploiement étant prévu pour débuter en janvier 2024, ciblant les enfants de 0 à 59 mois.

La nouvelle feuille de route stipule également l'introduction d'une série d'ajustements opérationnels, notamment le suivi hebdomadaire des progrès par la direction du ministère de la Santé et des mises à jour du ministère sur les efforts intensifiés, ainsi que des mesures pour réduire le temps de dédouanement des vaccins entrant dans le pays.

"Nous tenons à vous informer que le défi [du dédouanement des vaccins] a déjà été identifié et des mesures ont été prises pour surmonter ce retard à partir de janvier. Nous avons pris des mesures pour réduire le temps d'attente de 15 à 3 jours", a-t-il noté.

Le ministre a également indiqué que des ajustements supplémentaires seront apportés à la gestion des données. Le ministère teste un registre numérique des enfants pour améliorer la qualité des données et garantir des dossiers d'immunisation précis.

Le plan appelle également au soutien de Gavi et des partenaires de l'Alliance, le ministre exhortant les partenaires à jouer un rôle dans l'assurance de l'allocation et de l'accès aux vaccins, en particulier pour la vaccination de routine.

"Les engagements ne peuvent pas être réalisés sans l'engagement de tous. Nous appelons donc Gavi à garantir d'aider le pays à accéder à de nouveaux vaccins, notamment le vaccin antipaludique, le vaccin anticholérique, le vaccin contre l'hépatite B à la naissance, le vaccin hexavalent, le vaccin antityphoïdique, entre autres justifications pour leur introduction dans le pays, en tenant compte de notre profil épidémiologique", a-t-il déclaré.

Au-delà de simplement rattraper ces 750 000 enfants les plus à risque, le pays prévoit également de renforcer la résilience à long terme en matière de santé en investissant dans la chaîne du froid, les systèmes logistiques modernes, l'infrastructure élargie de vaccination ainsi qu'en renforçant les sous-systèmes de santé communautaire pour les services de vaccination dans les communautés éloignées.

S'exprimant lors de la même séance d'information, le Directeur exécutif de Gavi, David Marlow, s'est engagé au nom des partenaires à soutenir l'effort de rattrapage de 2024 du Mozambique.

"C'est dans l'esprit d'écouter et de vraiment entendre ce que le pays [a] planifié", a-t-il déclaré. "Je suis convaincu que la coopération que nous avons eue depuis 2001 – avec un investissement total de plus de 600 millions de dollars – peut continuer à prospérer avec la vaccination des enfants du Mozambique."

Malgré les contraintes et les priorités concurrentes, ces dernières années, le Mozambique a atteint plusieurs jalons. Le plan actuel, qui fait du Mozambique l'un des premiers pays à élaborer un plan de relance pour rattraper les enfants qui ont manqué les vaccinations pendant la période de la pandémie de COVID-19 et renforcer les systèmes de santé, figure parmi eux.

Le Mozambique a également réagi avec succès aux épidémies de polio et de choléra, a lancé des campagnes de vaccination contre la rougeole-rubéole ; et a fait des progrès importants pour passer de la réponse aux épidémies de choléra à des efforts préventifs à plus long terme.