Qu'est-ce que la poliomyélite dérivée d'une souche vaccinale ?

Avant l'apparition des vaccins, la poliomyélite tuait ou paralysait plus d'un demi-million de personnes dans le monde chaque année. Depuis la fin des années 1980, les cas ont chuté de 99,9% grâce aux efforts mondiaux pour immuniser les enfants avec le vaccin antipoliomyélitique oral. Cependant, dans les communautés où la couverture vaccinale est faible, les poliovirus affaiblis dans ce type de vaccin peuvent – dans de rares cas – subir des changements qui peuvent menacer la santé des personnes.

RS34349_Pakistan-Polio-Campaign-AZ_PAK_2020_GAVI_174_h1.jpg
Un agent de santé administre des gouttes de vaccin contre la poliomyélite à un enfant lors d'une campagne nationale de porte à porte à UC Jalala à Texila, au Pakistan. Gavi/2020/Asad Zaidi
 

 

La poliomyélite se transmet d'une personne à l'autre par contact avec les matières fécales, souvent à la suite d'une mauvaise hygiène des mains ou de la consommation d'aliments ou d'eau contaminés par des matières fécales humaines. Le virus se réplique initialement dans le nez ou la gorge, avant de se déplacer vers les intestins et de se multiplier, puis de pénétrer dans la circulation sanguine et d'envahir le système nerveux central, où il peut provoquer des lésions nerveuses et une paralysie. Environ une personne sur 200 qui contracte la maladie souffrira de paralysie ; entre cinq et dix pour cent des personnes qui développent une paralysie meurent parce que leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner.

La poliomyélite dérivée d'une souche vaccinale est extrêmement rare. Depuis 2000, plus de 10 milliards de doses de VPO ont été administrées à près de trois milliards d'enfants dans le monde, et un peu plus de 1.000 cas de paralysie due à la poliomyélite d'origine vaccinale ont été signalés au cours de cette période.

Heureusement, les vaccins sont très efficaces pour prévenir la poliomyélite. Il en existe deux types : Le premier est le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO). Il contient un mélange de souches de poliovirus qui ont été affaiblies, ce qui signifie qu'elles peuvent encore se répliquer, mais ne sont pas assez fortes pour provoquer une paralysie. Étant donné que le VPO est administré par la bouche, il déclenche la production d'anticorps à la fois dans les intestins et dans le sang. Cela signifie que si une personne vaccinée est exposée au poliovirus sauvage à l'avenir, le virus ne pourra pas se répliquer et infecter d'autres personnes.

L'autre type de vaccin est le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI). Il est produit à partir de poliovirus qui ont été tués, de sorte qu'ils ne peuvent pas se répliquer, et est injecté dans la jambe ou le bras. Bien qu'il soit très efficace pour déclencher des anticorps dans le sang, empêchant le virus de se déplacer vers les nerfs et de provoquer une paralysie, le VPI est moins efficace pour déclencher des anticorps dans les intestins. Cela signifie que les personnes vaccinées peuvent toujours être infectées par le poliovirus sauvage et le transmettre à d'autres personnes, même si elles ne tombent pas elles-mêmes malades.

Historiquement, le VPO est plus populaire que le VPI parce qu'il est moins cher et plus facile à administrer, ce qui permet de vacciner un grand nombre d'enfants. Il protège également à la fois l'individu et la communauté contre l'infection – contrairement au VPI, qui ne protège que l'individu – ce qui est important si l'on veut éradiquer le poliovirus.

Toutefois, comme le VPO contient des virus affaiblis qui peuvent se répliquer, certains d'entre eux peuvent être excrétés par l'enfant vacciné et transmis à d'autres personnes, en particulier dans les zones où l'assainissement est médiocre. Cela peut être bénéfique car l'exposition à ce virus affaibli immunise également ces personnes contre la poliomyélite.

Cependant, une trop grande transmission de ce virus affaibli peut être problématique. Dans les communautés où de nombreuses personnes ont été vaccinées contre la poliomyélite, la transmission est limitée et le virus s'éteint rapidement. Mais dans les communautés à faible couverture vaccinale, ce virus affaibli peut continuer à circuler pendant de longs mois, accumulant progressivement des mutations qui lui permettent de provoquer à nouveau la paralysie.

La poliomyélite dérivée d'une souche vaccinale est extrêmement rare. Depuis 2000, plus de 10 milliards de doses de VPO ont été administrées à près de trois milliards d'enfants dans le monde, et un peu plus de 1.000 cas de paralysie due à la poliomyélite d'origine vaccinale ont été signalés au cours de cette période.

Elle n'apparaît également que dans les communautés sous-immunisées, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles la vaccination de chaque enfant est si importante : si les communautés sont entièrement vaccinées, cela aide à prévenir la propagation de la poliomyélite sauvage et dérivée du vaccin.

Un nouveau VPO a également été développé : il devrait offrir la même protection que le vaccin oral actuel, avec moins de risques de mutation et de paralysie. Il est actuellement utilisé pour lutter contre les épidémies de poliovirus dérivé d'un vaccin dans un petit nombre de pays.

D'énormes progrès ont été réalisés dans la lutte contre la poliomyélite, mais une forte utilisation du vaccin antipoliomyélitique sera nécessaire pour éradiquer définitivement la maladie.