Résilience et risques pour la sécurité sanitaire mondiale

Une catastrophe qui frappe un pays peut avoir des répercussions considérables et durables sur la santé des personnes. Alors que les effets du changement climatique se font sentir dans le monde entier avec l’augmentation des températures et du niveau des mers, les catastrophes naturelles sont de plus en plus fréquentes et intenses. Les conséquences des inondations, des ouragans et autres phénomènes météorologiques violents risquent de faire le lit des épidémies de maladies hydriques et respiratoires.

  • 15 October 2020
  • 3 min read
47449426471_d0e0ab969d_o_h2.jpg
Resilience and the risks to global health security

 

Au Mozambique, les cyclones Idai et Kenneth ont entraîné des épidémies de choléra, conduisant à la suspicion de milliers de cas. D’autres catastrophes naturelles sont à l’origine d’une augmentation de l’incidence des maladies diarrhéiques, des infections respiratoires aiguës et du paludisme. Il est bien sûr d’une importance vitale de riposter à ces épidémies. Les stocks d’urgence financés par Gavi sont destinés à protéger la population face à l’émergence soudaine d’une épidémie de choléra, de maladie à virus Ebola, de méningite à méningocoque ou de fièvre jaune. À plus long terme, la meilleure riposte aux maladies infectieuses passe par la prévention. Avec un système de vaccination systématique solide, capable de protéger les enfants contre toutes les maladies graves, les populations sont plus résistantes et en meilleure santé, et mieux à même de résister aux catastrophes.

Etelvina Manhice, infirmière, en train d’examiner un enfant à Maputo (Mozambique) Gavi/2020/Isaac Griberg
Etelvina Manhice, infirmière, en train d’examiner un enfant à Maputo (Mozambique)
Gavi/2020/Isaac Griberg

Dans les milieux fragiles – les endroits les plus touchés par les conflits, les déplacements et les catastrophes naturelles – il est particulièrement difficile de vacciner les enfants. Ce service est loin d’être le seul à être interrompu dans ces circonstances ; mais s’ils n’ont pas été vaccinés, les enfants qui survivent en paieront les conséquences tout le reste de leur vie. Nous savons que les taux moyens de vaccination sont presque 20 % plus bas dans les pays fragiles que dans les États non fragiles. Dans les zones les plus touchées de ces pays, les taux sont encore plus faibles.

Ces problèmes sont amplifiés par les taux de natalité élevés dans de nombreux milieux fragiles, et l’entassement des personnes déplacées dans des endroits surpeuplés, qu’il s’agisse de zones urbaines, de campements temporaires ou de camps de réfugiés. La forte densité des populations déplacées, dont beaucoup sont sous-vaccinées ou même non vaccinées, crée les conditions idéales pour les épidémies.

En 2019, 15 pays éligibles à l’aide de Gavi ont été identifiés comme étant en situation de fragilité. La stratégie de Gavi pour mobiliser ces pays a été mise à jour en 2017. Elle prend en compte les besoins des populations vulnérables et vise à renforcer la résilience et maximiser l’impact de Gavi en augmentant la couverture vaccinale. Parmi les pays qui ont bénéficié d’un soutien supplémentaire dans le cadre de cette politique figurent l’Afghanistan, la République centrafricaine et Haïti.

Une grande proportion des enfants qui vivent en milieu fragile n’ont reçu aucun vaccin. Leur vaccination est une priorité croissante pour Gavi à l’aube de sa prochaine période stratégique (2021– 2025) alors qu’elle s’attache à atteindre ceux qui ont été laissés de côté.

Découvrez comment Gavi a favorisé un accès équitable à la vaccination et amélioré la couverture vaccinale en lisant notre Rapport Annuel 2019 

Download the Gavi progress report 2019