Pour la quatorzième fois, Ebola a été battu en République démocratique du Congo

Le ministre de la Santé de la République Démocratique du Congo a annoncé la fin de la quatorzième épidémie de la maladie à virus Ebola, dans la ville de Mbandaka dans la province de l’Equateur, le 4 juillet 2022. Cette épidémie, qui a été déclarée en avril 2022, a fait cinq morts selon les autorités. Aucun nouveau cas n’a été enregistré durant 42 jours selon le protocole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui a amené les autorités à proclamer la fin de cette épidémie.

ebola_school_h1.jpg
Séance de sensibilisation des élèves sur Ebola. Crédit : Vanessa Mimisanga
 

 

Dr Mory Keita, responsable de la réponse à l’épidémie d'Ebola en RDC pour l’OMS, estime que le fait que cette maladie a été contrôlée en l’espace de deux mois et dix jours relève de l’extraordinaire. « C’est une grande performance si on la compare à la précédente épidémie dans la même province qui avait duré environ cinq mois et fait un total de 130 cas rapportés par treize zones de santé », explique-t-il.

Efforts coordonnés

Les activités de riposte étaient organisées sous la direction du ministère de la Santé, accompagné par l’OMS dans la quasi-totalité des piliers de réponse du plan national, allant de la coordination et la surveillance aux examens en laboratoire et à la vaccination.

L’Unicef a de son côté mobilisé ses équipes basées au bureau de Mbandaka pour aider à contenir la propagation de la maladie, en se focalisant sur la prévention et contrôle des infections et sur l’accès des communautés à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène.

« Cette quatorzième épidémie est bel et bien terminée. Nous surveillons pour l’avenir car c’est une maladie qui est capable de revenir »

Vanessa Mimisanga est sensibilisatrice au sein du réseau des encadreurs pour l’initiation à la participation des enfants. Sa structure s’est lancée dans la sensibilisation des élèves dans la lutte contre Ebola. « L’objectif était de couper les chaines de transmission de la maladie et prévenir les élèves pour qu’ils ne soient pas contaminés, étant donné qu’ils sont des personnes vulnérables. On leur montrait que la maladie était de retour et qu’il fallait se protéger en respectant les mesures barrières ».

La vaccination a fait ses preuves

La vaccination a été faite avec Ervebo, qui est le seul vaccin anti-Ebola homologué au monde pour le moment. C’est la stratégie de vaccination en ceinture qui a été utilisée : elle consistait à vacciner les contacts et les contacts des contacts autour des cas confirmés et probables.

Malgré les difficultés à atteindre toute la cible, Dr Mory Keita insiste sur le fait que la vaccination a contribué à l’objectif principal qui était d’arrêter rapidement cette épidémie. « Pour la vaccination contre Ebola, nous visions 100% des contacts, mais il était difficile d’atteindre ce taux compte tenu de plusieurs facteurs comme le déplacement de certains contacts, la résistance d’autres. Depuis le début des opérations de vaccination, les équipes ont pu vacciner un total de 2104 participants parmi lesquels 302 contacts et 1802 contacts des contacts incluant 1307 travailleurs de première ligne ».

Parmi les travailleurs de première ligne vaccinés, il y a Chiguelle Nsango. Cette femme d’une trentaine d’année est membre de l’équipe de la Croix Rouge. Elle déclare s’être fait vacciner pour protéger les membres de sa famille. « J’ai accepté de prendre le vaccin car je suis la première personne à intervenir face aux risques liés à la maladie. Avant d’aller au sein de la communauté pour protéger les gens, il était important d’abord de prendre le vaccin parce qu’il me protège contre cette maladie. Ce vaccin ne tue pas mais il nous protège. En prenant ce vaccin, les membres de ma famille sont également protégés ».

L’épidémie terminée : et après ?

Du côté du gouvernement, le ministre de la Santé Publique Jean Jaques Mbungani fait savoir que la vie reprend normalement… mais la surveillance reste de mise. « Nous allons continuer à surveiller tant la maladie à virus Ebola que toutes les autres épidémies qui à travers notre pays reviennent régulièrement. Mais à ce jour, nous rassurons la population de Mbandaka et de la province de l’Equateur que cette quatorzième épidémie est bel et bien terminée. Nous surveillons pour l’avenir car c’est une maladie qui est capable de revenir ».

L’OMS pour sa part compte poursuivre son accompagnement du ministère de la Santé.

« En ce qui concerne les prochaines étapes, au niveau de l’OMS, nous planifions d’accompagner le ministère pour la finalisation du rapport d’investigation de la source de l’épidémie. En interne, nous sommes en train de préparer la clôture de l’incident, et aussi reprendre la mise en œuvre du projet REDISSE (Regional Disease Surveillance Systems Enhancement, Amélioration des systèmes régionaux de surveillance des maladies) pour le renforcement des capacités de surveillance, et appuyer le ministère dans la conduite de la revue après action », fait savoir Dr Mory Keita.

Il appelle par ailleurs la population à être attentive et rapporter de façon prompte tout évènement inhabituel concernant le décès d’animaux de brousse, ou le décès de deux personnes dans une même famille en l’espace de deux à trois semaines.

Suivez Patrick Kahondwa sur Twitter : https://twitter.com/PatrickKahondwa