Grâce aux fêtes traditionnelles, la campagne de vaccination contre la COVID reprend de la vitesse au Togo

Le rythme de la campagne de vaccination contre la COVID-19 a connu une baisse ces derniers mois au Togo. Mais les autorités profitent de la reprise de la célébration des fêtes traditionnelles pour non seulement sensibiliser sur la pandémie, mais aussi vacciner les populations avec des vaccinodromes installés sur les différents lieux de regroupement. A commencer par les Evala, la plus grande fête traditionnelle célébrée en juillet dans le nord du pays par l’ethnie Kabyè, consacrée à une forme de lutte traditionnelle.

Lassa-1_h1.jpg
Foule de plus en plus dense attendant d'être vaccinée contre la COVID-19 aux Evala, fête traditionnelle dédiée à la lutte. Crédit : Nephtali Ledy
 

 

18% de la population seulement est vaccinée

Lancée en mars 2021, la campagne de vaccination contre le coronavirus progresse lentement ces derniers mois au Togo. Alors que le pays s’est fixé pour objectif d’atteindre rapidement l’immunité collective avec plus de 60% de la population vaccinée, plus d’un an après les premières injections, seulement 18% de la population est complétement vaccinée. Début juillet, le Coordonnateur national de gestion de la riposte contre la COVID-19, Pr Djibril Mohaman, a indiqué que la moyenne est désormais de 40.000 personnes vaccinées par mois sur toute l’étendue du territoire, alors qu’il reste encore des millions de personnes à immuniser.

Pour relancer la campagne vaccinale, les autorités togolaises comptent profiter de la ferveur autour des fêtes traditionnelles de l’été. En effet, plusieurs fêtes traditionnelles sont célébrées dans le pays entre les mois de juillet et septembre. En autorisant, à la mi-juin, la reprise de la célébration publique de ces événements, le gouvernement a également posé des conditions : notamment la présentation d’une preuve de vaccination contre le coronavirus pour accéder aux lieux des manifestations, et l’installation de points de vaccination à proximité dans le but de sensibiliser et de vacciner les populations.

Les Evalas, un cas d’école

Ces mesures ont été appliquées pour la première fois lors des Evala, la fête des luttes traditionnelles célébrée du 9 au 16 juillet 2022 au nord du pays par l’ethnie Kabyé (Préfecture de la Kozah, située à plus de 400 km au nord de Lomé). En effet, cet événement qui a connu une grande affluence a été l’occasion de tester les mesures annoncées dans le cadre de la reprise des fêtes traditionnelles.

« Je ne veux absolument pas manquer la fête, donc je suis venu me faire vacciner. L’agent qui m’a vacciné m’a expliqué beaucoup de choses, ce qui m’a rassuré pour le faire séance tenante »

« Selon l’esprit du communiqué du 15 juin autorisant la reprise des rites traditionnels, il fallait installer des vaccinodromes, distribuer des gels hygiéniques et des masques pour lutter contre la propagation de la COVID-19. Nous avons donc installé ces vaccinodromes pour aider les populations à mieux comprendre les enjeux du moment et à adhérer davantage à la campagne de vaccination pour qu’on puisse sortir de cette pandémie. Evala 2022 a été un test pour voir si les mesures annoncées par le gouvernement seraient respectées pour les étendre ensuite aux autres fêtes », déclare Dr Alfa Abdel Kader, Directeur préfectoral de la Santé – Kozah et Coordonnateur de la vaccination anti-COVID dans la localité.

Evala est une forme de lutte traditionnelle dont la finalité consiste à renverser son adversaire.Crédit: Bruno Gandon de Pixabay
Evala est une forme de lutte traditionnelle dont la finalité consiste à renverser son adversaire.
Crédit: Bruno Gandon de Pixabay

« Nous sommes passés de 50 personnes vaccinées à près de 400 par jour »

Samedi 16 juillet dans le canton de Lassa où nous avons pu visiter le point de vaccination dédié, les agents vaccinateurs ont très peu de temps pour se reposer. La file d’attente des candidats au vaccin ne cesse de se gonfler. « Depuis un moment, nous n’avons pas reçu autant de monde », a attesté Kouméalo, une infirmière qui opère dans la région.

« Je ne veux absolument pas manquer la fête, donc je suis venu me faire vacciner. L’agent qui m’a vacciné m’a expliqué beaucoup de choses, ce qui m’a rassuré pour le faire séance tenante », a confié Passi Palakeyem, 34 ans, un commerçant qui vient de recevoir sa première dose de vaccin.

Selon le Coordonnateur de la vaccination anti-COVID dans la préfecture de la Kozah, Evala a donné un nouveau souffle à la campagne de vaccination. Les vaccinodromes installés près des arènes de lutte n’ont pas désempli durant toute la période des festivités.

Au point de vaccination du canton de Lassa, les agents vaccinateurs ont très peu de temps pour se reposer. Crédit : Nephtali Ledy
Au point de vaccination du canton de Lassa, les agents vaccinateurs ont très peu de temps pour se reposer.
Crédit : Nephtali Ledy

« Nous pouvons dire avec satisfaction que depuis que nous avons commencé, nous avons constaté un engouement pour la vaccination. Nous sommes passés de 50 personnes vaccinées par jour à près de 400 personnes par jour », a-t-il souligné. Selon le médecin, plus de 4.000 personnes ont été vaccinées en une semaine.

« C’est une stratégie à encourager », a martelé Dr Alfa Abdel Kader.

La prochaine grande fête traditionnelle prévue au Togo est la prise de la pierre sacrée à Aného, au sud-est du pays, en septembre. Au regard des bons résultats du test des Evala, nul doute que les autorités en charge de la santé insisteront sur les nouvelles mesures auprès des organisateurs dans la perspective de ressusciter l’engouement autour de la vaccination contre la COVID dans cette ville côtière.

Suivez Nephtali Ledy sur Twitter : https://twitter.com/NephLedy