En partenariat avec :

Gavi CSO

 

Gavi logo

 

Save the children

 

action logo

 

Results logo

 

Après le succès retentissant du Sommet mondial sur les vaccins du mois dernier, au cours duquel plus de 8,8 milliards de dollars ont été promis en soutien à Gavi, l’Alliance du Vaccin pour les cinq prochaines années, nous nous trouvons à un moment charnière pour la vaccination. Ces nouveaux engagements visent à permettre à Gavi d’accélérer le déploiement des vaccins vitaux dans les pays en développement d’ici 2025 et de contribuer à sauver 8 millions de vies d’enfants. Mais avec la COVID-19 qui contrecarre actuellement les campagnes de vaccination de routine, que faudra-t-il faire pour s’assurer que chaque enfant soit atteint avec des vaccins efficaces ?

Le 30 juin dernier, des représentants d’organisations de la société civile, en conversation avec Gavi et l'UNICEF, se sont réunis pour discuter de la vaccination systématique à l’époque du COVID-19. Présidée par Dre Endie Waziri, Coordinatrice nationale du Programme national d’arrêt de la transmission de la poliomyélite (NSTOP) au bureau du Réseau africain d’épidémiologie de terrain (AFENET) au Nigéria, la discussion a porté sur le risque que représente le COVID-19 pour le maintien de la vaccination systématique, la possibilité que nous avons de remédier aux inégalités mondiales en matière d’accès aux vaccins vitaux et le rôle crucial joué par la société civile dans la redevabilité sociale et la qualité des services de santé.

Discussion panel

Le défi

Comme le Dr Robin Nandy, Chef de la vaccination à l’UNICEF, nous l’a rappelé dès le début, même avant le COVID-19, les taux mondiaux de vaccination avaient stagné, avec environ 20 millions d’enfants n’ayant pas été vaccinés complètement. La Dre Alina Akhyar, coordonnatrice de la santé au Comité international de sauvetage (IRC) du Pakistan, PDG et fondatrice de Ronaq-e-Qainatt, a souligné l’impact négatif supplémentaire que le COVID-19 a déjà sur les services de vaccination. Des campagnes de vaccination à grande échelle ont été mises en berne.  Rien qu’au Pakistan, 40 millions d’enfants ont manqué leurs séances de vaccination contre la poliomyélite en avril 2020, et le nombre de cas de rougeole augmente déjà. Non seulement le COVID-19 présente-t-il un risque pour la prestation de services essentiels, mais aussi pour la confiance au sein de la population. Le Dr Chimère Diaw, chef du Parti à Save the Children en République Démocratique du Congo (RDC), a averti que la peur du COVID-19 avait réduit le nombre de personnes ayant accès à des services de vaccination pour enfants qui sauvent des vies en RDC, y compris des vaccinations de base contre la rougeole, le choléra et la pneumonie.

L’opportunité

S’appuyant sur les succès du Sommet mondial sur les vaccins 2020, Thabani Maphosa, directeur général des programmes de pays à Gavi, a remercié les parties prenantes d’avoir aidé à recueillir des fonds essentiels pour vacciner 300 millions d’enfants et soutenir la lutte mondiale contre le COVID-19, tout en nous rappelant « Gavi 5.0 » – la prochaine période stratégique de 5 ans de Gavi, 2021-2025, portera toute son attention sur l’atteinte du dernier enfant avant tout. Il a également souligné que « nous sommes ici pour lutter contre les maladies évitables par la vaccination et nous préparer contre de nouvelles maladies qui pourraient surgir dans le futur ».

M. Nandy a décrit l’opportunité qui s’offre à lui d’accroître l’efficacité et l’équité de la vaccination en exploitant de nouveaux partenariats et en utilisant l’expérience de COVID-19 pour « réinventer les services de vaccination avec une meilleure qualité ». Il a été prouvé que la création d’un système de santé solide atténue l’impact des épidemies de maladies et renforce la résilience nécessaire pour atténuer l’impact des menaces futures pour la santé. Revenant sur les expériences de la riposte de l’épidémie d’Ebola en RDC, le Dr Diaw a expliqué comment l’architecture sanitaire développée en réponse à Ebola a rendu la RDC « mieux préparée et plus expérimentée dans la lutte contre les épidémies ». Ces leçons importantes apprises pourraient créer un précédent pour la façon dont la communauté mondiale réagit et apprend les leçons de la pandémie actuelle.

Selon la Dre Akhyar, les approches intégrées qui placent la vaccination parallèlement à d’autres interventions sanitaires clés, telles que la nutrition, feront partie intégrante de la mise en place des systèmes de soins de santé primaires (SSP) nécessaires pour améliorer l’efficacité de la vaccination. Le Dr Nandy convient qu’une approche intégrée avec la vaccination comme moteur pour renforcer les soins de santé primaire et les systèmes de santé plus résilients, ce qui est au cœur de l’infrastructure d’un système de vaccination réinventée.

Le rôle des organisations de la société civile (OSC)

Le champion communautaire en matière de vaccination, le Dr Mbianke Livancliff, qui travaille pour Value Health Africa, une organisation de défense de la santé cameronienne, a attiré l’attention sur le rôle crucial des organisations de la société civile (OSC) qui touchent les communautés mal desservies. Le Dr Livancliff a souligné la nécessité d’habiliter les OSC à améliorer leurs capacités à fournir des services de vaccination aux communautés difficilement accessibles.

Mbianke Livancliff

Nous avons également entendu dire que les solutions aux défis de la vaccination sont souvent conçues de par les communautés elles-mêmes. Le Dr Diaw a expliqué qu’en RDC, les groupes de femmes jouent un rôle central dans la vaccination au niveau communautaire. Elles identifient les problèmes, soutiennent l’éducation en santé et jouent un rôle de premier plan dans l’élaboration de solutions spécifiques au contexte pour améliorer l’accès et l’acceptation des vaccins. L’action de la société civile est essentielle pour restaurer la confiance du public dans la vaccination. Thabani Maphosa a souligné le rôle des OSC dans la lutte contre la désinformation sur les vaccins et la mise en œuvre des messages nécessaires au niveau communautaire, et a ainsi souligné que l’engagement de la société civile sera crucial pour que les gouvernements rendent des comptes sur leurs engagements et leurs investissements dans la vaccination.

La sortie de la pandémie avec une infrastructure de vaccination plus forte est tout simplement irréalisable sans l’expertise, la portée et le dévouement de la société civile à tous les niveaux et des organisations à base communautaire. Alors que nous devons être conscients des risques que le COVID-19 représente pour la vaccination, nous devons également saisir l’occasion de mieux la reconstruire avec une approche renouvelée et innovante pour améliorer l’accès équitable à la vaccination.
 
Alors qu’il ne reste que 10 ans jusqu’en 2030 pour atteindre l’objectif de développement dur de mettre fin aux décès dus à des maladies évitables par la vaccination, nos actions en réponse à la pandémie de COVID-19 établiront un précédent pour cette décennie d’immunisation et pour de nombreuses années à venir.

Cet article tient lieu de résumé d’une conversation en ligne organisée par la circonscription des OSC soutenue par Gavi, en partenariat avec ACTION, Gavi, l’Alliance du Vaccin, RESULTS UK & Save the Children.

Regardez l’enregistrement de l’événement ici

TOPICS: COVID-19

Abonnez-vous à notre infolettre