Depuis 2016, début de la période stratégique actuelle, Gavi s’est efforcée d’adopter une stratégie à long terme visant à créer et maintenir une dynamique de marché saine pour les vaccins essentiels auxquels elle apporte son soutien. Nous voyons maintenant les fruits de ce travail. L’offre concernant les vaccins importants est plus stable et l’approvisionnement plus sûr, ce qui confère aux pays la certitude que l’offre pourra répondre à leur demande.

Trois vaccins essentiels (pentavalent, antipneumococcique et antiamaril) bénéficient d’une dynamique de marché relativement saine, ce qui représente un succès notable – en particulier en ce qui concerne le vaccin pentavalent – mais il va falloir consolider ces résultats. Le prix de ces vaccins a connu des baisses successives depuis 2016 ; il faut maintenant les stabiliser durablement au niveau actuel tout en évitant de compromettre la sécurité de l’approvisionnement. De nouvelles baisses de prix ne sont ni attendues ni souhaitables, car elles pourraient fragiliser ce marché essentiel. À long terme, Gavi a pour objectif d’améliorer la dynamique de marché des autres vaccins, tout en reconnaissant que les changements à ce niveau se font lentement, d’autant plus qu’ils dépendent souvent du marché mondial. Fait important, l’offre concernant huit vaccins est, en 2019 encore, considérée comme étant adaptée, suffisante et constante.

Gavi/2019/Isaac Griberg

Le dilemme posé par un plus grand choix

De nouveaux produits et de nouvelles présentations sont disponibles sur le marché – en 2019, il s’agissait notamment de nouvelles présentations pour le vaccin combiné contre la rougeole et la rubéole, pour le vaccin contre le pneumocoque et le vaccin contre le rotavirus – et les pays se voient proposer une gamme de produits de plus en plus large. Cela peut constituer un véritable défi au moment de choisir les vaccins et les présentations qui répondent le mieux à leurs besoins et à leurs capacités. Par exemple, les différentes présentations peuvent exiger des températures de stockage et de transport différentes ; le même vaccin peut être conditionné dans des flacons plus ou moins grands, tandis que d’autres encore pourront couvrir différents sérotypes. Cela peut poser des problèmes logistiques quand il faut s’assurer que tous les vaccins soient distribués dans des conditions sûres, et notamment dans le respect de la chaîne du froid. Il convient d’évaluer soigneusement l’impact de chaque nouveau produit, c’est pourquoi l’adoption ou le passage à une présentation différente demande généralement du temps. Nous nous efforçons de fournir des informations claires sur les options disponibles et d’aider les pays à faire les choix les plus judicieux.

Surchauffe du marché des équipements de la chaîne du froid

Les réfrigérateurs et les congélateurs, qui permettent de conserver les vaccins dans une plage de températures bien définie, tiennent une place essentielle dans la vaccination. La plateforme d’optimisation des équipements de la chaîne du froid (CCEOP) de Gavi permet d’élargir le choix du matériel, de faire jouer la concurrence et d’assurer la sécurité de l’approvisionnement pour aider les pays à améliorer leurs équipements à un prix abordable. Les grands pays qui s’approvisionnent auprès d’un fournisseur en position dominante doivent sélectionner une partie du matériel chez un deuxième fournisseur moins important. Cela permet à de nouvelles entreprises ou à des entreprises de plus petite taille d’entrer sur le marché, et aux pays de bénéficier des innovations techniques et d’essayer de nouvelles marques.

L’année 2019 a été le témoin d’une amélioration significative de la concurrence. Grâce à la baisse des prix et du coût des installations, et au passage à des marques plus récentes et moins chères, plus de 10 % d’économies ont été réalisées sur le marché des réfrigérateurs ILR à gaine réfrigérante, des réfrigérateurs et congélateurs solaires à entraînement direct et des services d’installation. Cela s’explique par plusieurs facteurs : baisse des prix du matériel, réduction des coûts d’installation et évolution des préférences des pays vers du matériel de marques plus récentes et moins coûteuses.

Gavi/2015/Phil Moore
Gavi/2015/GMB Akash

Promouvoir l’innovation à long terme

Les innovations en matière de vaccination permettent de simplifier la logistique, d’accroître la sécurité et de lever les obstacles à la vaccination des populations difficiles à atteindre. Née d’une collaboration entre Gavi, l’Organisation mondiale de la santé, la Fondation Bill & Melinda Gatesl’UNICEF et PATH, la stratégie de priorisation des innovations en matière de vaccination (VIPS, pour Vaccine Innovation Prioritisation Strategy) vise à identifier les vaccins et produits associés les plus à même de répondre aux besoins des pays et à aider l’Alliance à atteindre ses objectifs de couverture vaccinale et d’équité.

En 2019, le groupe de travail VIPS de l’Alliance a sélectionné neuf des 24 innovations concernant les vaccins et les a ensuite évaluées en regard d’une liste de vaccins prioritaires. En 2020, le Groupe de travail devrait en sélectionner trois, dont l’Alliance cherchera à accélérer l’accès dans les pays à faible revenu en leur apportant un soutien ciblé et en favorisant un environnement propice à leur introduction.

Les défis en matière de coordination

L’accroissement du nombre de vaccins introduits dans les pays pose inévitablement des problèmes de coordination et de planification. Les partenaires de l’Alliance s’efforcent d’aider les pays à déterminer les produits qui leur conviennent le mieux et à se préparer à introduire de nouveaux vaccins. Cela n’empêche pas l’apparition de difficultés dans certains pays.

En 2019, il a fallu gérer l’approvisionnement en vaccin contre la fièvre jaune face à la demande suscitée par les campagnes de vaccination de masse préconisées par la stratégie d’élimination des épidémies de fièvre jaune (EYE, de l’anglais Eliminate Yellow Fever Epidemics). Un autre problème tenace est le manque de diversité de l’offre de certains vaccins. Par exemple, il n’existe toujours qu’un seul fournisseur de vaccin conjugué contre la fièvre typhoïde préqualifié par l’OMS, dont les capacités de production sont encore insuffisantes. Il est donc nécessaire de coordonner la distribution du vaccin à l’intérieur des pays, de façon à optimiser l’utilisation des doses disponibles.

Gavi/2019/Asad Zaidi

Découvrez comment Gavi a favorisé un accès équitable à la vaccination et amélioré la couverture vaccinale en lisant notre Rapport Annuel 2019 

Download the Gavi progress report 2019

TOPICS: Rapport AnnuelInnovationDynamisation des marchés

Abonnez-vous à notre infolettre